Chèques vacances pour les soignants : l’indécente proposition de loi de LREM

*

L’Assemblée nationale a adopté, en première lecture (avant examen au sénat), le mardi 2 juin, une proposition de loi de députés LREM permettant à des salariés de faire des dons de jours de repos non pris, sous forme de chèques vacances à des soignants. Concrètement, le salarié, à sa demande et en accord avec son employeur, pourra renoncer à certains de ses jours de repos afin qu’ils soient transformés et monétisés pour financer des chèques vacances destinés au personnel des secteurs sanitaire et médico-social privé ou public. Soyons clair, au nom de la "solidarité nationale", les députés demandent aux salariés, en quelques sorte, de rémunérer en partie les vacances des soignants.

Une proposition déplacée

Tout d’abord, il est bon de rappeler que les salariés participent déjà au financement du système de santé français à travers les cotisations sociales obligatoires prélevées sur leur salaire brut ou encore via l’impôt sur le revenu. En soutenant cette proposition de loi, le gouvernement donne l’impression de se décharger de ses prérogatives, utilisant le coronavirus pour appeler à la générosité des français. Ce n’est pas la première fois que LREM propose de mettre à contribution les actifs dans le champ de la santé. En 2019, il avait essayé, sans succès, d’imposer une deuxième journée de solidarité pour financer la dépendance.



Lire la suite