Château ou manoir ? Quand la propriété de François Fillon à Beaucé faisait parler

·1 min de lecture

Qui voudrait se priver d’un manoir bourgeois du XIXe siècle, entouré d’un parc de plus de 360 hectares et dissimulé derrière une rangée d’arbres gigantesques, dans un village paisible de l’Île-de-France ? À l’évidence, personne. Pourtant, François Fillon s'en est bien passé. Alors que Nicolas Sarkozy, président de la République à l'époque, avait attribué le château de Souzy-la-Briche à son Premier ministre, le principal intéressé refusait d’y mettre un pied. À nos confrères du Parisien, l'homme politique avait d’ailleurs assuré n’y “être jamais allé” parce qu’il “n’en voyait pas l’intérêt”. Sa propriété de Beaucé, dans la Sarthe, lui suffisait amplement. Une résidence loin d'être méconnue de la presse, qui s'est longtemps interrogée sur son coût.

Par obligation de transparence, l’ex-candidat de la droite à la présidentielle avait mis en ligne le contenu de sa déclaration de patrimoine en décembre 2016. L’ancien député de Paris assurait être le propriétaire d’une “maison individuelle”, avec une surface habitable de 1 107 m². Sur son terrain de 12 hectares se trouvent également des dépendances de 1 062 m² habitables, une fois rassemblées, et 993 m² non-habitables de la ferme. Une jolie propriété que François Fillon aurait acquis en 1993 pour 400 000 euros. Mais 300 000 euros de travaux ont été déboursés depuis l’achat. Sa valeur s’estimerait, ainsi, à 750 000 euros. Cependant, l’ancien Premier ministre avançait une estimation à 650 000 euros à l’achat lors d’une précédente déclaration (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Jacques Martin a distribué son héritage à parts égales entre ses 8 enfants
Tombe de Christophe : pour son fils Romain, “elle ne pouvait pas coûter moins cher”
“Ils n’intéressent plus” : la reconversion de Meghan Markle et Harry n’est pas gagnée
VIDÉO - Exit Julie Gayet ? Son nom a disparu d’un déjeuner avec François Hollande
VIDEO - "J'ai tout dépensé" : Magalie Madison (Premiers baisers) a "perdu la notion de l'argent"