Le château de la famille Giscard d'Estaing a enfin trouvé preneur

Treize ans après sa mise en vente, le château de La Varvasse, dans le Puy-de-Dôme, a enfin été vendu, rapporte France Bleu Pays d'Auvergne. Cette propriété de 13 hectares, propriété de la famille Giscard d'Estaing, vient d'être vendue. La demeure du XVIIIe siècle avait été achetée en 1936 par Edmond Giscard d'Estaing, le père de l'ancien président de la République. Si la vente a été conclue le 5 février dernier, le montant de la transaction reste secret.

>> A lire aussi - Le château de Saint-Exupéry appartient désormais à la région Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Jacques Estève, directeur de l'agence Estève immobilier, l'acquéreur, qui souhaite rester anonyme, est un quinquagénaire, originaire de la région. "C'est quelqu'un de très simple et de très sobre. Il n'est pas là pour se faire remarquer", souligne celui qui a réalisé la vente. Et le nouveau propriétaire de "La Varvasse" a déjà de beaux projets pour ce château. "Ce sera pour lui, pour y vivre personnellement et pour y développer un peu d'événementiel, comme des réceptions, des mariages. Je pense qu'une partie sera louée en chambres d'hôtes. Et comme c'est quelqu'un de très humain, il pourrait même y avoir des choses créées, comme une ferme naturelle qui permettra de faire des visites pour un accès au public", détaille à France Bleu Jacques Estève.

>> A lire aussi - Karim Aga Khan ne financera plus le château de Chantilly

Vendu pour la moitié de son prix ?

Concernant le montant de la transaction, France Bleu Pays d'Auvergne indique qu'il se situerait entre 1 et 1,5 million d'euros, soit la moitié de ce que demandait la famille Giscard d'Estaing. "Au départ Monsieur le président souhaitait la modique somme de 2,9 millions d'euros. Ça a traîné, ça a traîné. On avait approché un client du monde arabe, mais ça ne s'est pas fait... Mais il était encore gourmand à cette époque-là, il avait ses têtes. Il y avait des gens avec qui il aurait accepté de le faire, et d'autres non. Avec le monde africain, il aurait signé sans problème...",

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Salon de l'Agriculture : berger, un métier d'avenir ?
Santé : l’inquiétante explosion des coûts du cancer en France
Numérique : les leaders européens veulent "refonder la fiscalité internationale"
AirPods, iPhone, MacBook : 3 produits Apple en promotion
Taxes américaines : la filière viticole attend de pied ferme les compensations promises par Macron