La CGT Énergies revendique la coupure d’électricité d’une permanence Renaissance

Pendant plusieurs heures, le centre de Figeac (Lot), où se trouve la permanence Renaissance de la députée Huguette Tiegna, a été privé d’électricité, le jour de la manifestation contre la réforme des retraites.
NICOLAS TUCAT / AFP Pendant plusieurs heures, le centre de Figeac (Lot), où se trouve la permanence Renaissance de la députée Huguette Tiegna, a été privé d’électricité, le jour de la manifestation contre la réforme des retraites.

POLITIQUE - La permanence de la députée Renaissance du Lot Huguette Tiegna, située dans le centre de Figeac, a été privée d’électricité, jeudi, pendant la manifestation contre la réforme des retraites, a fait savoir à l’AFP la parlementaire ce vendredi 20 janvier.

« La coupure est intervenue de 14h00 à 17h45, uniquement dans la rue où il y a ma permanence, la sous-préfecture, des commerces, dont une pharmacie et une boulangerie. C’est la permanence qui était ciblée, la CGT avait annoncé qu’ils allaient mener des actions », a expliqué Huguette Tiegna.

Selon La Dépêche du Midi, le geste a d’ailleurs été revendiqué par le syndicat CGT des mines et de l’énergie. Un représentant de la CGT Énergies 46 a confié au journal : « le patron de la CGT Énergies avait prévenu que des coupures d’électricité visant les personnalités politiques qui soutiennent la réforme des retraites allaient arriver. C’est donc ce que nous avons fait à Figeac ».

« S’ils continuent de fermer les yeux sur notre lutte, on va leur couper l’électricité. On se défend avec les moyens qu’on a. Ce n’est qu’une petite démonstration », ajoute le syndicaliste.

La députée doit d’ailleurs déposer une plainte dès ce samedi, tout comme Enedis qui a confirmé la coupure. « Cela aurait pu mettre en danger des vies humaines, des personnes sous respirateur par exemple. Les commerçants sont en colère. Je condamne ce type d’action », a ajouté celle dont la permanence avait déjà été la cible de dégradations. Selon les résultats de l’enquête en cours, la préfecture du Lot a fait savoir à La Dépêche qu’elle envisage également de porter plainte.

D’autres lieux ciblés

A Montpellier, Enedis signale des coupures volontaires d’électricité qui ont touché le centre-ville, dans le quartier de la préfecture et du palais de justice. L’opérateur a d’ores et déjà porté plainte contre X.

Jeudi, deux coupures volontaires et limitées ont été recensées par Enedis, affectant notamment des entreprises à Massy (Essonne) et des bâtiments de la préfecture, du conseil départemental, du conseil régional, de la mairie et de l’inspection académique à Chaumont (Haute-Marne).

La CGT avait prévenu de coupures d’électricité ciblées sur des communes d’élus favorables à la réforme, ce que le gouvernement avait condamné, les jugeant « inacceptables en démocratie ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi