Du CFA à l'Eco, les réformes dans la zone franc paraissent faire l'unanimité

Falila Gbadamassi
La future monnaie unique de la Cédéao semble mettre tout le monde d'accord sur la nécessité de revoir les termes de la coopération monétaire entre la France et les huit pays ouest-africains qui utilisent le CFA.

Il semble que ce ne sont pas les polémiques mais l'Eco, la future monnaie commune de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), qui aura raison de la zone franc CFA. Du moins, si les huit pays qui – avec la France constituent une union monétaire comptent véritablement adopter la monnaie commune de la Cédéao.

Dans de récentes déclarations lors de leurs déplacements en France, le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara et son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo ont confirmé la nécessité des réformes, tout comme leur hôte, le chef de l'Etat français Emmanuel Macron.

"Quelques transformations" dans la zone franc

Comme souvent, Alassane Ouattara l'a fait du bout des lèvres à l'issue de son entretien avec Emmanuel Macron le 9 juillet 2019, quelques jours après le sommet de la Cédéao où le nom de la monnaie a été confirmé. "Les monnaies vivent au rythme des Etats (…). La Côte d’Ivoire est un pays qui se porte très bien. Le FCFA se porte bien. (Nous avons) décidé qu’ensemble, à quinze, nous allons mettre en place une nouvelle monnaie qui s’appelle l’Eco. A terme, le FCFA s’appellera l’Eco et nous allons continuer d’y travailler. On espère que ça pourra se faire le plus tôt possible."

Le dirigeant ghanéen Nana Akufo-Addo a paru plus ferme sur la question des réformes alors qu'il s'exprimait pendant le débat organisé par l'Elysée avec les diasporas africaines, le 11 juillet 2019. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi