Cette tradition sud-coréenne en sursis à cause du réchauffement climatique

Esther Degbe
·Journaliste vidéo sur Le HuffPost
·1 min de lecture
Cette tradition sud-coréenne en sursis à cause du réchauffement climatique
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ENVIRONNEMENT - Des scientifiques sud-coréens cherchant à étudier et à protéger les pêcheries du pays ont observé un changement dans l’habitat de la vie marine et un afflux d’espèces non indigènes, provoqué par le réchauffement climatique.

L’Institut national des sciences halieutiques s’est aperçu qu’entre 1968 et 2017, la température de surface de la mer autour de la Corée a augmenté de 1,2 degré, contre une moyenne mondiale de 0,48 degré.

Cela met en danger le métier des “haenyeo” qui consiste à explorer les fonds sous-marins pour y pêcher algues, conques et autres espèces marines, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

“Je pensais que tant que mon corps était en bonne santé, je pourrais devenir la plus ancienne des ‘haenyeo’ à 90 ou 100 ans”, a déclaré Jin à l’agence de presse Reuters. À 28 ans, elle est la plus jeune plongeuse de l’île de Geoje et perpétue une tradition qui dure depuis 100 ans. Plonger sans oxygène puis remonter à la surface avec des espèces marines qu’elles vendront ensuite sur les marchés locaux. Aujourd’hui les “haenyo” plongent avec des bouteilles d’oxygène, mais leur pratique de la pêche reste respectueuse de l’environnement.

“Maintenant que j’y pense, ma santé n’est pas la seule préoccupation. Je crains que ce travail change radicalement ou même disparaisse à cause du changement climatique”, confie-t-elle.

Plus de balles de golf que de concombres de mer

Les eaux plus chaudes ont amené de nouvelles espèces subtropicales qui ont dép...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.