C'est vu - The Master : Joaquin et dépendance

Le retour magistral, de Joaquin Phoenix, face au monumental Philip Seymour Hofmann, dans une relation d’addiction mutuelle.

Ex-marine complètement déglingué, alcoolique et violent, Freddie Quell échoue un soir dans le monde des disciples de ancaster Dodd, gourou charismatique et madré (version fictive de Ron Hubbard, créateur de la scientologie). S’installe alors entre les deux hommes une relation ambiguë de fascination mutuelle, qui tourne à la dépendance toxique pour Freddie.

Pourquoi y aller ? Parce que le réalisateur éclectique de Boogie Nights, Magnolia et There will be blood signe une fois encore un film fort et singulier, habité de personnages complexes, et pas forcément aimables, pris dans un maelström de sentiments contradictoires. Pour Joaquin Phoenix, sorte de Don Quichotte titubant, vacillant face à la puissance de son mentor ; pour Amy Adams aussi, faussement docile et insidieusement dangereuse. Pour a beauté des images…

The Master, drame de Paul Thomas Anderson. Avec Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams… 2h17 ***

* Bof ; **Pourquoi pas ; *** Top ; **** Indispensable



Retrouvez cet article sur voici.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.