"C'est la vie d'un homme dont on est en train de parler" : un avocat alerte sur les dangers de la visioconférence dans le procès des attentats de janvier 2015

franceinfo
·1 min de lecture

"Ce n'est pas une réunion d'entreprise, c'est la vie d'un homme dont on est en train de parler", alerte sur franceinfo samedi 21 novembre Me Patrice Spinosi, avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation et spécialiste des libertés publiques. Il se dit "choqué" par la reprise du procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher lundi en visioconférence. Onze accusés sont présents dans le box, trois sont absents. L'un deux, malade, sera connecté à l'audience en visioconférence depuis la prison.

franceinfo : Vous avez déposé un recours au Conseil d'État, qu'est-ce qui vous fait bondir dans ce procédé ?

Patrice Spinosi : Ce qui me fait bondir, c'est qu'avec ce texte, un homme va pouvoir être jugé par d'autres hommes sans être physiquement présent. C'est quelque chose de complètement anormal, qui n'a jamais existé aux assises, dans notre droit. Et on va se retrouver dans cette situation insupportable où un homme pourrait être condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité sans même qu'il puisse voir les juges qui prononcent cette sentence. Cela est extrêmement grave.

Le texte dit qu'à tout moment, les magistrats doivent pouvoir s'assurer du bon déroulement des débats, veiller au respect des droits de la défense et garantir le caractère (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi