"C'est très judicieux" de créer une réserve de 30.000 citoyens au sein de la police, estime Christophe Rouget

·1 min de lecture

Des citoyens ordinaires aux côtés de policiers lors des patrouilles ? C'est en somme l'idée du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui souhaite créer une "réserve opérationnelle" de 30.000 citoyens au sein de la police nationale, sur le modèle de ce qui se fait déjà chez les gendarmes. Une idée "très judicieuse", réagit au micro d'Europe Soir Christophe Rouget, secrétaire général du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure. "Nous demandons cette mesure depuis plusieurs années aux différents ministres : c'est une force d'appoint qui permet[tra] aux policiers d'accomplir d'autres missions sur le terrain, mais aussi d'avoir une force complémentaire lors de grandes missions, comme les Jeux Olympiques [de Paris 2024, ndlr]."

>> Retrouvez Europe Soir avec Julian Bugier en replay et en podcast ici

Un mois de formation

Les premiers réservistes doivent en théorie entrer en fonction en 2022, selon Le Figaro, après une formation d'un mois. Un délai qui peut sembler court, mais Christophe Rouget assure au micro d'Europe 1 que "cela se fait très bien en gendarmerie : les gens font leur mois de formation et viennent petit-à-petit sur le terrain. Ils peuvent même avoir des grades dans la réserve." Cette réserve doit en réalité rajeunir celle qui existe déjà, mais qui est composée "à 83%" par des policiers retraités ou d’anciens adjoints de sécurité qui rempilent de manière ponctuelle pour accomplir des missions de service général, précise encore le quotidien.

Ces futurs cito...


Lire la suite sur Europe1