"C'est très dangereux de vouloir disqualifier une gauche républicaine" : à Jarnac, Hidalgo fustige Jadot

·1 min de lecture

Dans un grand silence et sous une pluie qui redouble, elle fait quelques pas vers la tombe de François Mitterrand, y dépose une gerbe. Samedi, à Jarnac, Anne Hidalgo est venue honorer la mémoire de l'ancien président, mort le 8 janvier 1996. Quelques minutes plus tôt, accompagnée des enfants de l'ex-chef de l'État, Mazarine Pingeot et Gilbert Mitterrand, la candidate socialiste, qui venait ici pour la première fois, a visité dans un recueillement quasi religieux la maison natale de celui qui triompha à l'élection présidentielle de 1981. Un pèlerinage entre le salon rose, où la famille recevait, et la chambre d'enfant du futur président. Les sénateurs PS Patrick Kanner et Rachid Temal prennent soin d'immortaliser ces instants. Sur le livre d'or, Anne Hidalgo laisse un long mot, ainsi conclu : "À celui qui avait le sens de l'histoire pour construire l'avenir, il m'inspirera."

Lire aussi - Présidentielle 2022 : suivez l'évolution des sondages au cours de la campagne

Elle détaille : "La leçon de François Mitterrand, c'est une leçon de courage, ne jamais renoncer", lance la maire de Paris, testée ces derniers jours autour des 3,5 % d'intentions de vote (1), et qui reconnaît combattre "dos au mur". Forcément, du legs mitterrandien, elle extrait ce qui sert son propos : la stratégie d'union de la gauche de celui qui permit au PS de prendre l'ascendant sur les communistes avant de les effacer ; l'attrait de Mitterrand pour l'écologie avec son discours au sommet de Rio en 1992, alo...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles