"C'est la Tanguy de la politique" : Christophe Castaner se paie la tête de Marine Le Pen

·1 min de lecture

Christophe Castaner est prêt au combat. Dans une interview accordée au Parisien et publiée ce dimanche 14 février, le président du groupe La République en Marche (LREM) à l'Assemblée nationale évoque la politique de Marine Le Pen, alors que les derniers sondages prédisent un duel similaire à celui de 2017, pour l'élection présidentielle de 2022 : Emmanuel Macron face à la présidente du Rassemblement national (RN), candidate déclarée depuis plus d'un an. L'ancien ministre de l'Intérieur craint qu'un tel scénario ne se dessine, et que la fille de Jean-Marie Le Pen soit élue présidente de la République. "Malheureusement, le pire est toujours possible", déplore-t-il auprès de nos confrères avant d'ajouter : "Éviter le pire est un combat permanent."

Pour Christophe Castaner, l'ascension de Marine Le Pen s'explique en partie par son héritage politique puisqu'elle s'est engagée il y a plusieurs années déjà, dans le sillage de son père Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du Front national. "Elle profite de l'effacement politique de LR", souligne le député avant de poursuivre : "La réalité, c'est que, depuis plus de trente ans dans ce pays, l'extrême droite de la famille Le Pen est là. Marine Le Pen, c'est un peu la Tanguy de la politique, elle vit dans la demeure idéologique familiale, de père en fille."

Le prédécesseur de Gérald Darmanin se veut combatif face à Marine Le Pen : "Mon objectif, c'est d'abord qu'elle ne soit pas première au 1er tour de la présidentielle", explique Christophe (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Roland Giraud : comment sa femme l'a sauvé après la mort tragique de leur fille
Olivier Duhamel : "son ami" Jean Veil s'inquiète, "cette sordide affaire doit-elle se terminer par un nouveau drame ?"
Märtha Louise de Norvège fait sensation et rentre même dans le Guinness des records
"On s'est débrouillé" : pourquoi Charlotte Gainsbourg a vécu l'héritage de son père comme un casse-tête
Meghan Markle et le prince Philip : ce point commun quelque peu éprouvant