"C'est super violent" : contraint de faire demi-tour du Vendée Globe, Beyou accuse le coup

·1 min de lecture

Du changement en tête du classement du Vendée Globe : Alex Thomson file désormais à plus de 18 nœuds, c'est-à-dire 34 km/h, une vitesse impressionnante sur l'eau. Benjamin Dutreux est deuxième, mais son allure est très réduite. Thomas Ruyant est troisième. Il y a, aussi, ceux qui ont pratiquement abandonné tout espoir de victoire finale dans cette course tant attendue depuis quatre ans.

>> LIRE AUSSI - L'énorme succès de Virtual Regatta, le Vendée Globe virtuel

"Ça m'éclate à la figure"

Jérémie Beyou, un temps aux commandes, fait partie de ces favoris contrariés : il a dû faire demi-tour vers Les Sables d'Olonne pour réparer son monocoque "Charal" après un choc avec un OFNI, objet flottant non-identifié. "Honnêtement, je me réveille de quatre ans de préparation pour gagner le Vendée Globe. Ça, c'est fini, c'est parti", mesure le skipper, sous le choc. "Mon papa est parti à l'hôpital, il a fait un AVC une semaine avant le départ, j'ai complètement occulté tout ça. Forcément là, ça m'éclate un peu à la figure."

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Quand ça s'arrête comme ça, brutalement, c'est super violent", a-t-il expliqué lors d'une vacation avec le PC cours...


Lire la suite sur Europe1