"C'est suicidaire": Ménard appelle une nouvelle fois Zemmour et Le Pen à faire front commun

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Robert Ménard le 9 janvier 2021  - BFMTV
Robert Ménard le 9 janvier 2021 - BFMTV

876450610001_6290799287001

Robert Ménard persiste et signe. Comme il l'a déjà fait dans un passé proche, le maire de Béziers, dans l'Hérault, a appelé à un rassemblement à droite en vue de la prochaine élection présidentielle, en particulier entre Marine Le Pen et Éric Zemmour, tous deux candidats au prochain scrutin national.

Évoquant le ralliement de Guillaume Peltier à Eric Zemmour, Robert Ménard a indiqué qu'il n'était "pas d'accord avec ce choix mais qu'il le respecte."

En revanche, "nous sommes d’accord sur un point, un moment donné, il faudra tous travailler ensemble sinon on va perdre les élections. C’est ce que je pense, même avant le premier tour, c’est suicidaire pour la droite de la droite d’avoir deux candidats", a-t-il continué.

"Vous jouez avec le feu"

Dans la suite de son propos, l'élu indique avoir abordé le sujet avec les deux candidats. "Je l’ai dit à Éric Zemmour dans la semaine car j’ai dîné avec lui mercredi soir, et j’ai dîné avec Marine Le Pen jeudi soir", relance-t-il.

"J’ai la chance de pouvoir parler avec l’un et l’autre longuement, et je leur ait dit la même chose, vous jouez avec le feu parce que si vous continuez comme ça, madame Pécresse sera au deuxième tour", prédit encore Robert Ménard.

Après avoir indiqué que, le cas échéant, il "voterait pour Valérie Pécresse au second tour", celui-ci conclut en affirmant qu'il "souhaiterait que ce soit quelqu’un d’autre qu’elle qui représente la droite telle que je l’imagine."

876450610001_6290801497001

Un message qui a du mal à passer

En octobre dernier, lors d'un déplacement d'Éric Zemmour à Béizers et alors que e polémiste ne s'était pas encore déclaré officiellement, Robert Ménard avait tenté de jouer l'entremetteur entre les deux candidats de la droite de la droite. "Ne gâchons pas cette chance, celui qui sera derrière il se grandira en se retirant, il sera encore plus fort, plus respectable", avait-il dit.

Il avait tenu le même discours à la mi-décembre, appelant de nouveau à une union à droite qui pourrait inclure Valérie Pécresse.

"On ne gagnera pas s’il n’y a pas le reste de la droite, aucun des trois ne peux gagner contre les deux autres. Aucun des trois ne peut gagner sans les deux autres, il faudra chacun qu’ils fassent un pas vers l’autre", s'inquiétait-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles