C'est ici que serait mort Jean le Baptiste il y a 2.000 ans

Emma Hollen, Journaliste scientifique
·2 min de lecture

Dans la quête pour la reconstruction des faits historiques, les textes religieux peuvent se révéler d’étonnants alliés, tout comme ils peuvent constituer d’épineux obstacles en troublant la distinction entre indice et pure invention. Dans le cas de Jean le Baptiste, rien n’est encore sûr, mais il se pourrait qu’une nouvelle découverte vienne corroborer le récit que la Bible fait de sa mort. Tout commence au large de la mer Morte…

À qui profite le meurtre ?

Si l’on en croit les sources religieuses et historiques, le roi Hérode Ier n’aurait pas été le seul à redouter l’arrivée de Jésus. D’après l’Évangile selon Matthieu, le monarque aurait ordonné le massacre de tous les enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléem afin d’éviter l’avènement du nouveau messie, sans succès. Quelques décennies plus tard, un prophète du nom de Jean le Baptiste annonce l’arrivée d’une figure messianique plus importante que lui, et c’est cette fois Hérode Antipas, fils d’Hérode Ier, qui choisit de prendre les choses en main, en le faisant exécuter.

L’historien Flavius Josephus raconte en effet : « Hérode, qui craignait que la grande influence de Jean sur le peuple ne l'incite à se rebeller (car il semblait prêt à faire tout ce qu'il lui recommandait), pensa qu'il valait mieux, en le mettant à mort, prévenir tout mal qu'il pourrait causer, et ne pas se mettre en difficulté en épargnant un homme qui pourrait le faire se repentir quand il serait trop tard. En conséquence, il fut envoyé prisonnier sous l’impulsion d’Hérode suspicieux, à Macheronte, le château que j’ai précédemment évoqué, et y fut mis à mort. »

Une reconstitution de la cour du palais d'Hérode Antipas, à Macheronte. © Győző Vörös
Une reconstitution de la cour du palais d'Hérode Antipas, à Macheronte. © Győző Vörös

Un trône avec vue

Les raisons de cette mise à mort sont néanmoins relatées dans la Bible sous une forme quelque peu différente : dans cette version, c’est une femme qui demande l’exécution du prêcheur. Jean reproche en effet à Hérode Antipas d’avoir épousé Hérodiade, l’ex-femme de son frère....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura