"C'est comme dans une séparation, ça fait aussi mal. On a le cœur brisé" : le dernier jour de Céline à l'usine Bridgestone de Béthune

France 2
·2 min de lecture

L’usine Bridgestone de Béthune, dans le Pas-de-Calais, a fermé définitivement ses portes le 30 avril 2021. Sur la route pour embaucher une ultime fois dans l’entreprise qu’elle avait intégrée en 2008, Céline se souvient de son premier jour : "J’étais en vélo et il faisait frais. Ce jour-là, c’était l’appréhension du premier jour et aujourd’hui c’est l’appréhension du dernier jour", dit-elle la gorge nouée au magazine "13h15 le dimanche" (replay).

"Ce n’est pas la même façon de vivre les choses, mais bon, tout a une fin, comme on dit. Ce n’est pas nous qui l’avons choisi, on a choisi pour nous [son mari Jérôme, entré comme intérimaire en 2003 et embauché en 2005, subit le même sort]. C’est comme dans une séparation, ça fait aussi mal. On a le cœur brisé", confie la jeune femme, mère de deux enfants, qui comptait faire sa carrière chez l’équipementier automobile japonais.

"J’ai l’impression que je vais revenir lundi"

A la fin de cette journée de travail qui clôt soixante années d’existence de l’usine du fabricant de pneus, l’un des principaux employeurs de la région, Céline passe le portique : "Ça y est, c’est fini… J’ai l’impression que je vais revenir lundi. J’ai même remis mon cadenas sur mon casier. J’ai dû aller le retirer car je me suis dit : 'Ah non, je ne reviens pas lundi, donc, il faut le retirer…'"

"Tout se mélange dans la tête. Il y a toutes les années qui défilent… Et puis, le doute qui persiste sur l’avenir. Là, je suis triste, je n’ai plus de mots. J’en ai (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi