"C'est pour qu'il n'y ait plus de témoin sur cette scène de crime" : le coup de gueule du pilote d'un avion humanitaire interdit de vol en Méditerranée

franceinfo

"Tout est mis en œuvre pour qu'il n'y ait plus de témoin sur cette scène de crime" qu'est la Méditerranée, condamne mardi 10 septembre sur franceinfo le pilote professionnel José Benavente. Il est cofondateur de l'ONG Pilotes volontaires, qui repère les embarcations de migrants en détresse en Méditerranée, mais dont l'avion, le Colibri, est cloué au sol par les autorités depuis plus d'un mois sur l'île italienne de Lampedusa.

franceinfo : Pour quelles raisons l'Italie interdit-elle à votre avion de voler ?

José Benavente : Plusieurs points nous sont reprochés concernant l'avion en particulier. En résumé, on nous dit que ce type d'avions est réservé au vol récréatif et qu'on n'a pas l'autorisation d'effectuer des vols d'observation et de recherche. Le problème, c'est qu'on a quand même, depuis plus d'un an maintenant, effectué plus de 82 missions sans que ça ne pose de problème particulier. On est évidemment très étonnés de se voir aujourd'hui interdits de vol, surtout que la situation reste critique. Les tentatives de traversée se poursuivent et des gens se trouvent en grande détresse en haute mer. Si ces gens ne sont pas repérés dans les plus brefs délais, c'est le pire qui peut se produire et qui s'est malheureusement déjà produit à plusieurs reprises.

Pourquoi l'avion de l'ONG Sea Watch a pu redécoller et pas le vôtre ?

On n'a pas de détail concernant les raisons qui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi