"C'est une peur qui nous défoule" : malgré le Covid-19, le succès des livres et films d'horreur

Matteu Maestracci
·1 min de lecture

Si ça saigne, le nouveau livre du romancier américain et maître de l'horreur Stephen King, est sorti le 10 février, et il s'est rapidement classé dans les meilleures ventes de romans. Un succès, conjugué à la belle santé des films fantastiques ou thrillers sur les plateformes de streaming, qui prouve que malgré des temps anxiogènes liés au Covid-19, les gens continuent à "se faire peur" en consommant de la fiction qui fait frissonner.

L'auteur de romans policiers et de thrillers à succès Franck Thilliez avait publié en 2015 le roman Pandémia. Un livre qui, en quelque sorte, anticipait de manière troublante ce virus qui est entré dans nos vies voilà un an et ses multiples conséquences. S'il reconnait qu'il aurait du mal à écrire le même ouvrage aujourd'hui, la nuance entre fiction et réalité n'existant plus, Franck Thilliez est certain que les gens veulent continuer à frissonner. "Il y a quand même la notion de plaisir, explique-t-il. C'est une 'peur-plaisir'. C'est une peur qu'on s'inflige et qu'on maîtrise. C'est un peu le saut à l'élastique, si vous sauter dans le vide et que vous n'avez pas d'élastique, ce n'est pas du tout la même chose que si vous savez que vous avez un élastique. C'est une peur qui nous fait du bien, qui nous défoule, celle des romans."

"Une peur un peu adolescente"

On pourrait imaginer que dans une période anxiogène et incertaine, les gens ne veuillent pas ou plus se changer les idées avec le genre fantastique ou horrifique, mais c'est donc souvent (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi