C'est quoi ces petits drapeaux rouges qui ont envahi Twitter?

·3 min de lecture

RÉSEAUX SOCIAUX - Sur Twitter, les tendances passent et ne se ressemblent pas. Depuis plusieurs jours, un emoji a envahi le réseau social. Il s’agit d’un petit drapeau rouge.

C’est le cas, par exemple, dans le tweet ci-dessous de la chanteuse Dolly Parton qui s’en sert pour ponctuer certaines des célèbres paroles de sa chanson Jolene, titre dans lequel elle demande à une femme ”à la beauté inégale” [beauty beyond compare, en anglais] de ne pas séduire son mari.

Ici, aussi, avec la marque de cosmétiques Ulta Beauty. “Tu passes trop de temps à te préparer”, a tweeté l’enseigne.

Les exemples sont nombreux.

“Je ne suis pas sur Twitter.”

“Je n’aime pas Beyoncé.”

“Je suis désolé de t’avoir blessé autant de fois, mais maintenant je veux faire les choses bien.”

D’après un communiqué de presse de Twitter, “les données montrent qu’entre le 10 et le 13 octobre, l’application a vu une augmentation de 21% de l’usage de l’emoji drapeau rouge. Dans le monde, plus de 1,5 million de tweets utilisant l’emoji ont été comptabilisés au cours de cette période avec un pic le 12 octobre.”

Même en France, les marques s’y sont mises, comme le Bescherelle.

Ou encore Les Sims.

D’après ce même communiqué, l’emoji drapeau rouge est une illustration de ce qu’on appelle un “red flag” en anglais, c’est-à-dire un indice quand une personne à qui l’on parle dévoile quelque chose qui devrait nous faire fuir. Un terme “fortement utilisé” dans le domaine des rencontres amoureuses.

Selon Insider, la tendance n’est pas née sur Twitter. Elle vient en réalité de TikTok, autre réseau social où depuis le mois de septembre des internautes partagent, sur fond d’un mashup des morceaux de Weezer Say It Ain’t So et de Radiohead Creep, ce qui les repousse chez un homme avec qui ils ont une discussion.

L’invasion de drapeaux rouges n’est apparemment pas du goût de tout le monde. Certains utilisateurs, sur Twitter, sont déjà en train de chercher comment les empêcher d’apparaître dans leur flux.

Certains semblent avoir réussi et “c’est la meilleure chose” qu’ils ont faite aujourd’hui, comme s’en est félicité la personne ci-dessus.

À voir également sur Le HuffPost: La panne de Facebook n’a pas fait que des malheureux, la preuve

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles