C'est parti pour la Nuit blanche des Chercheurs !

Éléonore Solé, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Quelle est la place de l'imprévu en science ? Pour esquisser une réponse à cette vaste interrogation, l'université de Nantes organise en partenariat avec Stereolux la cinquième édition de la Nuit blanche des Chercheurs. Elle se déroulera entièrement en ligne le 11 février, à partir de 18 h. Au travers de conférences, d'ateliers, de science dating et de formats originaux, des chercheurs se prêteront au jeu de la vulgarisation. L'événement se veut accessible au grand public, afin de faire entrer petits et grands dans le monde des sciences.

Les différentes animations, dont la programmation exacte est disponible ici, seront réparties sur :

  • La chaîne YouTube de l'Université pour les conférences ;

  • La page Facebook de l'Université pour les ateliers ;

  • Zoom, le logiciel de visioconférence, pour que chercheurs et néophytes se rencontrent lors du science dating (inscription obligatoire) ;

  • Une page spéciale pour les podcasts, vidéos, jeux vidéo, et le spectacle.

Le teaser de la Nuit blanche des Chercheurs 2021. © Université de Nantes

En tête à tête

Cette année, la Nuit blanche des Chercheurs accueille une invitée aguerrie de la vulgarisation scientifique : Valentine Delattre, de la chaîne YouTube « Science de comptoir ». Elle vous fera voyager sur les terres de la géologie, lors d'une conférence avec une vidéo en avant première, suivi d'un temps d'échange. Enfin, si tout se passe comme prévu ! 

D'autres formats plus originaux seront mis à disposition tout au long de l'événement, notamment la présentation d'un spectacle créé spécialement pour l’événement qui retrace une grande découverte imprévue. En parallèle, des rencontres auront lieu, en face à face avec des scientifiques souhaitant expliquer leur thématique de recherche et ses impacts. Découpées en quatre temps, celles-ci nécessitent une inscription au préalable. L'imprévu s'organise. À noter que l'ensemble des autres contenus seront en accès libre. 

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura