"C'est une période effrayante pour les Latinos" : Eva Longoria s'en va au combat

Dans une interview publiée par le «Guardian» le 11 novembre 2019, Eva Longoria s’est confiée sur son combat pour une meilleure intégration des Latino-Américains dans la société américaine, et a expliqué que la communauté souffrait beaucoup de l’élection de Donald Trump comme président.

Lorsque Donald Trump a été élu président des Etats-Unis en janvier 2017, bon nombre de célébrités ont exprimé leur mécontentement face au résultat des élections. Parmi ces stars aux esprits échauffés, Eva Longoria, qui a eu toutes les peines du monde à se remettre de l’arrivée au gouvernement du milliardaire. L’interprète de Gabrielle Solis dans «Desperate Housewives» est revenue sur le choc qu’elle a éprouvé lors des présidentielles américaines dans une interview accordée au journal britannique «The Guardian» et publiée le 11 novembre 2019.

«J’ai enterré ma tête dans le sable. J’ai pris une pause de deux ans. Mais vous ne pouvez pas abandonner. Alors quand les élections de mi-mandat sont arrivées, j’ai participé en aidant les gens à se faire élire pour changer la vision de notre gouvernement. Il devrait refléter la réalité, ce qui veut dire des gens de couleur et des femmes. M’assurer que le gouvernement reflète la société va être le combat de ma vie». Elue Philanthrope de l’année par le «Hollywood Reporter» en 2016, celle qui est désormais productrice de films a créé il y a sept ans déjà la Fondation Eva Longoria qui a pour but de venir en aide aux femmes et aux enfants Latino-Américains défavorisés.

"On fait de nous les vilains"

La star de 44 ans a grandi au Texas en tant que Latino-Américaine d’origine Mexicaine et a longtemps subi le racisme envers sa communauté : «Je me souviens monter dans le bus pour l'école et me retrouver face à un océan de petites têtes blondes, et entendre quelqu’un chuchoter : "Elle est Mexicaine". Je répondais "Je suis Américaine je ne sais pas ce que ça veut dire", mais je savais que c’était une remarque négative».

Avec la polémique de la barrière entre les Etats-Unis et le Mexique, la(...)


Lire la suite sur Paris Match