"C'est une ordure" : ce qu'a dit l'épouse de Jacques Bouthier, ex-PDG d'Assu 2000, durant son audition

Jacques Bouthier. - BFMTV

L'homme d'affaires est soupçonné d’avoir exploité, pendant des années, des jeunes mineures afin de satisfaire ses penchants pédophiles. Interrogée, sa femme a assuré ne pas avoir eu connaissance de ce système.

Face à la juge, elle a commencé par prononcer quatre petits mots. Avant de se mettre à pleurer. "Je voulais vivre tranquille. C’est d’une violence. C’est tellement violent..." Farida, l’ex-épouse de Jacques Bouthier, a été longuement entendue, le 11 juillet, par la juge chargée d’instruire l’enquête ouverte pour viols sur mineurs et traite des êtres humains contre l’ancien PDG d’Assu 2000.

Âgé de 75 ans, classé parmi les plus grosses fortunes de France, cet homme d’affaires est soupçonné d’avoir exploité, pendant des années, des jeunes mineures afin de satisfaire ses penchants pédophiles. Un système sordide dont son ex-épouse n’avait pas connaissance, d’après son procès-verbal d’audition que BFM TV a pu consulter, confirmant des informations du Parisien.

"J’ai découvert (l'affaire) quand on est venu m’arrêter", indique ainsi Farida lors de son interrogatoire. À aucun moment, même si vous avez un mari dragueur, à aucun moment, je n’ai pu voir."

Cette femme âgée de 62 ans a pris ses distances avec Jacques Bouthier en 2021. Mais elle a partagé sa vie pendant 30 ans. Trente années où l’ancien patron avait un tout autre visage, selon elle. "J’ai l’impression que c’est deux personnages différents", assure-t-elle.

Mais tout ce qu’elle a découvert sur son compte en garde à vue lui fait réaliser. "Il est malade. C’est un grand malade...", répète-t-elle ainsi souvent pour répondre à la juge. Se permettant, par moments même, de poser quelques questions afin d’en apprendre davantage sur ce que son ex-mari a fait aux jeunes filles qui se disent victimes. "Il faisait appel à elles régulièrement ?", interroge-t-elle.

"Il est dingue"

Si Farida a été interpellée, c’est aussi parce qu’elle a été mêlée à cette affaire. Bien malgré elle, d’après ses déclarations. Arrêtée en même temps que son mari, elle est accusée d’avoir fait pression sur l'une des jeunes victimes pour la convaincre de ne pas porter plainte. Dans ce cadre, elle aurait reçu une vidéo de son ex-mari en compagnie d’une adolescente de 14 ans sur un lit. C’est l'élément qui a déclenché toute l’affaire.

Interrogée sur cette vidéo, le 11 juillet, Farida a des mots très durs à l’égard de Jacques Bouthier:

"C’est un grand malade. C’est une ordure. Que voulez-vous que je dise ? C’est une grosse merde."

"Il y a un numéro qui s’affiche (sur son téléphone). Un numéro que je ne connais pas. Il y a une image qui apparaît de mon mari et une fille. Je pose le téléphone et je me casse", se défend-elle.

Au fil de l’interrogatoire, Farida se décompose d’ailleurs littéralement. Et quand la juge l’interroge sur sa connaissance du système prétendument mis en place par son ex-mari pour avoir des relations avec des mineurs, elle s’insurge : "Jamais (je n’ai eu connaissance). J’ai l’impression que ce que vous relatez, pour moi, c’est une ordure, c’est un fou. Il est dingue. La façon dont il parle, ce qu’il a fait, est-ce qu’il réalise ? Les mots qu’il utilise. La violence... Je ne sais pas."

Selon les informations de BFMTV, confirmant celles du Parisien, Farida a été remise en liberté au courant du mois de septembre après plusieurs mois de détention provisoire. Son ex-mari, lui, est toujours détenu à la prison de Fresnes (Val-de-Marne).

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Harry Roselmack : "Aujourd’hui, il y aurait entre 7000 et 10 000 mineurs qui se prostitueraient en France. Aucun parent ne se dit que ses enfants peuvent être concernés par ça. C’est inimaginable"