"C'est comme une mini-salle de réanimation" : à bord des TGV médicalisés qui transportent les patients atteints par le coronavirus vers des hôpitaux bretons

Benjamin Illy

La gare d'Austerlitz était envahie d'infirmiers, d'infirmières et de médecins, mercredi 1er avril au matin. Deux TGV médicalisés ont quitté Paris pour la Bretagne avec, à bord, 36 patients atteints du Covid-19. Un dispositif exceptionnel mis en oeuvre pour soulager les hôpitaux d'Île-de-France, proches de la saturation avec la vague épidémique qui s'abat sur la région. "La SNCF félicite et remercie le personnel soignant et l'ensemble des équipes présentes sur le terrain", annonce une voix dans les haut-parleurs de la gare.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie

Des patients dans un état grave

Au bout du quai, les ambulances amènent les patients un à un afin de les installer dans les voitures des deux TGV. Au moins une dizaine de soignants sont présents autour de chaque lit, très concentrés, n'opérant que par des gestes délicats et millimétrés. Il n'y a pas une seconde à perdre pour ces malades dont les visages sont marqués. Ils sont dans un état grave, inconscients. Pour les rares journalistes présents, les consignes sont strictes. "Port du masque obligatoire, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi