«C'est mieux que la prison» : les centres éducatifs fermés, la bonne alternative pour les mineurs

Ce dimanche marque la journée internationale des droits de l'enfant. À l'occasion, Europe 1 s'est rendue dans le centre éducatif fermé (CEF) de Saint-Nazaire, une alternative à la prison pour permettre aux mineurs condamnés ou en passe de l'être d'éviter la case prison . Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti s'était rendu dans le CEF de cette commune de Loire-Atlantique au début du mois de novembre.

"C'est ma dernière chance"

"C'est mieux que la prison. En prison, on regarde la télé, on fait rien. Là, au moins je peux toujours m'en sortir." À 17 ans, Jordan a été placé dans le centre éducatif fermé de Saint-Nazaire après plusieurs cambriolages. Le jeune homme en est conscient : c'était l'ultime alternative. "C'est ma dernière chance d'être ici avant la détention." Désormais, son quotidien est rythmé par la vie au CEF. "C'est réveil à 8h, après c'est le ménage, le petit-déjeuner, les courses."

Scolarité, projet professionnel, suivi médical… Dans ce centre, les jeunes sont très encadrés et surtout coupés du monde pour reprendre pied dans la société. "Tout est, entre guillemets, sous contrôle, explique Delphine Jagiela, directrice du centre nazairien. "On vérifie les appels, on fait nous-mêmes le numéro. On extrait le mineur de son environnement pour limiter le risque de récidive."

 

>> LIRE AUSSI - Gérald Darmanin veut des centres de «redressement» pour les mineurs délinquants

De son côté, le garde des Sceaux a foi en ces CEF. "75 % [des mineurs placés, ndlr] met...


Lire la suite sur Europe1