"C'est une meurtrissure": les Verts se sentent "insultés" après les déclarations d'Hidalgo

Salomé Vincendon
·3 min de lecture
Anne Hidalgo et David Belliard le 2 juin 2020 - FRANCOIS GUILLOT / AFP
Anne Hidalgo et David Belliard le 2 juin 2020 - FRANCOIS GUILLOT / AFP

Une crise entre les Verts et la maire de Paris? Plusieurs représentants du parti EELV sont furieux à la suite des déclarations d'Anne Hidalgo à leur encontre ce samedi sur BFMTV. La maire PS de la capitale, invitée de Ruth Elkrief, le rendez-vous avait exprimé des critiques quant aux réactions d'élus EELV, qui font partie de sa majorité, au moment de voter un voeu visant à renommer un lieu en l'hommage de Samuel Paty, l'enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine.

En faisant "des petits buzzs et des petites histoires, en truandant la vérité, et bien [Anne Hidalgo] démontre qu'elle n'est pas différente de tous ces politiques que nous combattons", déclare dimanche sur BFMTV Sandra Regol, la secrétaire nationale adjointe d'Europe Écologie-Les Verts. "Elle joue avec la réalité et avec les limites de ce qui crée la confiance dans les élus et la démocratie".

"C'est tout simplement indigne et irresponsable !"

Deux points ont pu déclencher les remarques d'Anne Hidalgo. D'une part, au moment du vote, la présidente de groupe EELV Fatoumata Koné a regretté que le Conseil de Paris ne respecte pas une règle qui stipule qu'il faut attendre cinq années après la mort d'une personne pour qu'un lieu lui rende hommage. D'autre part, plusieurs élus EELV ont semblé s'être abstenus à ce vote.

"L'assassinat de Samuel Paty a été un choc énorme pour tout le pays. On devrait tous être unanimes là-dessus", a déclaré la maire sur notre antenne. L'abstention de certains élus écologistes est un fait "choquant", a-t-elle poursuivi, regrettant qu'ils ne soient pas tous "au clair avec leur rapport à la République" et déplorant qu'une forme de "relativisme culturel ait emporté une partie de la gauche".

Or ces abstentions sont dues en réalité à un problème technique. "Vous connaissez la vérité à savoir que les écologistes ont voté ce vœu. Aucune ambiguïté! Pourtant vous contribuez, en connaissance de cause, à propager une fake news. C'est tout simplement indigne et irresponsable!", écrit sur Twitter Fatoumata Koné. Dans un communiqué, le groupe écolo de la ville de Paris caractérise également ses déclarations de fake news.

"Ce n’était pas lié à une quelconque volonté politique mais à un problème d’organisation de séance", explique l'adjoint aux Transports David Belliard ce dimanche dans Libération. "Il y a eu un problème technique qui a fait qu’une vingtaine d’élus n’ont pas pu participer au vote: 5 élus écolos mais aussi 7 républicains, 7 socialistes et un communiste", détaille-t-il.

"Une insulte personnelle, une meurtrissure"

Lui se dit "sidéré" par les déclarations d'Anne Hidalgo et "par cette façon de reprendre une information qu’on sait mensongère et qui divise notre majorité" et de souligner "un prétendu problème dans notre rapport à la République (...) c’est une insulte personnelle. Oui, c’est une meurtrissure".

L'eurodéputé EELV David Cormand parle lui d'une "polémique mesquine et indigne menée par la maire de Paris à l’encontre des écologistes". Certains élus parisiens d'extrême gauche ont également soutenu les élus écologistes, comme la conseillère LFI Danielle Simonnet, qui dénonce une "diffamation inadmissible".

D'après David Belliard, un rendez-vous devrait se tenir entre Anne Hidalgo et Fatoumata Koné pour éclaircir la situation.

Article original publié sur BFMTV.com