"C'est mauvais pour le président", la boulette de Jean-Michel Blanquer ne passe pas

·1 min de lecture

La petite phrase de Jean-Michel Blanquer dans Le Monde, daté du 30 mars, reste gravée dans les mémoires. "Le président a acquis une vraie expertise sur les sujets sanitaires, ce n'est pas un sujet inaccessible pour une intelligence comme la sienne et au regard du temps important qu'il y consacre depuis plusieurs mois", avait vanté le ministre de l'Éducation nationale, dans une interview élogieuse qui a suscité bon nombre de moqueries. Des éloges à Emmanuel Macron qui n'ont d'ailleurs toujours pas été digérés par son entourage... Si le chef de l'État a bien recadré l'ancien recteur, des proches de l'exécutif prennent désormais la mesure d'une telle interview pour la crédibilité du Président.

Dans une enquête parue ce vendredi 2 avril, L'Express revient sur les réactions suscitées par cette "flagornerie" du ministre, selon les termes d'un proche d'Emmanuel Macron. "Le problème n'est pas tant le compliment - il y a des gens qui savent mieux que d'autres en faire - que l'image que ça renvoie, se désole un membre du gouvernement, interrogé par l'hebdomadaire. Tout le monde pense avoir sa propre parole publique, mais au gouvernement, il n'y a qu'une parole publique !" Selon ce ministre, "les gens ne se disent pas 'lui, il en fait trop', mais 'EUX, en haut, ils sont vraiment tous comme ça !'. Et ça, c'est mauvais pour le président."

Avec de tels propos, Jean-Michel Blanquer accrédite la thèse d'une "expertise sanitaire" qui exempterait Emmanuel Macron de suivre les recommandations sanitaires (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Gérald Darmanin désavoué par Emmanuel Macron ? "Les conseillers proposent mais le roi décide"
Emmanuel Macron refuse tout mea culpa... Gabriel Attal le fait pour lui
Jean-Michel Blanquer fayot ? Emmanuel Macron n'a pas aimé une "flagornerie"
Nicolas Hulot s'apprête à mettre la pression à Emmanuel Macron...
Marine Le Pen affligée : « Une bombe atomique tomberait qu’on ne trouverait pas 5 minutes pour en parler »