C’est l’histoire de la pression unique d’une journée européenne

Dans une ambiance volcanique, l’OM s’est imposé 2-0 face à Salzbourg en demi-finale aller de la League Europa. Les joueurs ont été au rendez-vous d’une journée si intense en émotions.

Ça y est les grosses soirées européennes sont de retour à Marseille, c’est officiel. Pourquoi ? Il suffit simplement de s’immiscer dans la vie d’un supporter marseillais pour ressentir cela et vivre avec lui la journée du match. Je vous raconte la mienne et je pense que beaucoup se reconnaitront.

Jeudi 26/04 – 00h01

Nous y sommes, jour de demi-finale d’eague Europa ! Putain, demi-finale ! Bien sur ce n’est pas la Ligue des Champions mais comment pourrait-on se permettre de cracher sur une telle compétition, nous Français qui n’avons remporté que 2 pauvres coupes d’Europe dans notre histoire. Réjouissons-nous marseillais ! Réjouissons-nous d’être le plus grand club de l’hexagone ! Réjouissons-nous qu’à l’évocation de « Coupe d’Europe », les gens pensent tout de suite à nous.
Bref nous sommes à 21h du match mais la pression est déjà là augurant d’une trèèèèèèèèès longue journée.

01h13

Le sommeil ne vient pas, le cerveau est tourné vers le Vélodrome. J’ai beau lui faire comprendre qu’un peu de repos ne ferait pas de mal il ne veut rien savoir.

08h00

Le réveil sonne, finalement le sommeil est arrivé plus vite que prévu. Mes yeux s’ouvrent. Mon bol de céréales ressemble à un Vélodrome en fusion : des grains de raisin pour le côté sucré ça c’est le jeu de Dimitri, des bananes pour l’énergie ça c’est Luiz Gustavo, des copeaux de chocolat valeur sure ça c’est Adil Rami. Vivement ce soir.

09h17

L’arrivé au taff se fait en douceur. Mais rapidement, des supporters parisiens s’inventent des grands-parents Autrichiens m’invectivent et me souhaitent le malheur. Comment leur en vouloir eux qui n’ont qu’une finale face aux Herbiers à se mettre sous la dent ? C’est le jeu, cette année je m’étais inventé un cousin madrilène.

11h43

Point avec 2 collègues, elles me parlent de leur projet mais à chaque fois que j’acquiesce c’est simplement pour me persuader que Florian Thauvin va faire un grand match. Chaque fois qu’elle me présentent une idée je pense à Dimitri Payet. Elles pensent que je les écoute mais je n’entends que les cris des commentateurs dans ma tête.

12h18

Petit footing pour évacuer la pression et penser à autre chose… Impossible ! Chaque mètre je me demande comment Garcia va jouer, est-ce qu’Amavi va enfin retrouver son niveau, combien de mètres va avaler Bouna Sarr au sprint. Et surtout je prie pour que Zambo soit sur le banc.

13h47

Repas. J’écoute les discussions de comptoir des supporters lyonnais et parisiens qui parlent de Dimitri Payet comme si c’était un simple Sébastien Roudet. Je n’esquisse pas un signe et rêve d’une partizado du capitaine Marseillais qui me servira de réponse demain matin.

15h01

Je reçois des messages sur le match même mes potes qui ne suivent pas l’OM sont chauds.

16h30

J’ouvre Twitter : ça parle du match. J’ouvre Instagram : les stories de mecs à Marseille me rendent bouillant. J’ouvre Facebook : mes potes me taguent sur des publications évoquant la finale à Lyon. Moi qui voulait oublier un peu en allant sur les réseaux c’est raté.

18h02

Il est 20h non ?
Quoi 18h……..? Je ne vais jamais tenir j’ai déjà la boule au ventre depuis 2 heures.

18h04

Vous avez une solution pour avancer l’heure ?

19h15

Demain matin j’ai une présentation chez un client très important il me faut donc préparer mon intervention au mieux. Je me prépare mentalement à passer la soirée sur ce document et… Bah en fait non je vais simplement rentrer chez moi, au calme parce que mon cerveau est en ébullition. On ira chez le client avec le talent et on l’espère la joie d’une victoire.

20h18

La faim n’est pas au rendez-vous mais il faut bien manger donc… Quoi beIN Sports rediffuse le reportage « objectif match » sur le quart de finale retour ? Le repas attendra demain matin.

20h47

Il fait 45 degrés dans mon appartement je me demande encore pourquoi Dieu m’a mis sur le chemin de l’OM… C’est bien trop stressant, c’est bien trop envahissant, c’est bien trop difficile à supporter… MAIS QU’EST CE QUE C’EST BON.

20h56

J’ai déjà bu un litre d’eau depuis 20h.

21h00

Le tifo me laisse pantois. L’ambiance me donne la chair de poule. Qu’est-ce que j’aime ce club, qu’est-ce que j’aime ce sentiment de supporter un club unique.

21h05

C’est parti. L’histoire va s’écrire. Le résultat est capital mais la manière l’est tout autant. Perdre n’est pas un désastre si c’est fait avec honneur. Mais ce que nous cherchons c’est la gloire, et la gloire passe par la victoire. Allez l’OM.

LinoTreize

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages