"C'est l'EuroMillions !" : à Belfort, l'énorme prime du patron de General Electric passe mal

·1 min de lecture

Presque 50 millions de dollars, c’est la coquette prime que va toucher Larry Culp, le patron de General Electric pour récompenser les performances boursières du géant américain de l’énergie. L'action devait être au-dessus de 10 dollars pendant 30 jours consécutifs. Une prime extravagante pour un PDG, mis pas inédite. Sauf que cette fois, il y a un problème : le groupe a annoncé au printemps un plan d'économies de 2 milliards de dollars passant par la suppression de 13.000 postes. En France, les sites de Belfort et Villeurbanne sont notamment concernés et l'annonce ne passe pas auprès des salariés et syndicats.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"C'est déconnecté de ce qu'on vit"

"C'est l'EuroMillions ! Je ne sais pas quoi dire en fait... Il faut mettre une limite quelque part !" A Belfort, plan social après plan social, presque un tiers des effectifs de General Electric a fondu en 3 ans. "Oui, ça me choque. C'est déconnecté de ce qu'on vit nous, mais nous on est déconnectés de ce qu'il vit lui ! On est trois, on va être remerciés à la fin de l'année, nos postes vont être supprimés dans quelques mois."

De leurs côtés, les syndicats aussi s'insurgent. "C'est quoi, c'est un mercenaire, un terroriste industriel, qui est prêt à tout détruire, à vendre son âme au diable ?", ne décolère pas Philippe Petitcolin, de la CFECGC (Confédération française de l'encadrement - Confédération générale des cadres). "Je pense qu'on est arrivés au bout de ce système ultral...


Lire la suite sur Europe1