"C'est hallucinant" : Tex réagit à la décision de la Cour de cassation concernant son éviction de France 2

Il réfléchit à des suites judiciaires. Hier soir, dans "TPMP People, le prime" sur C8, Matthieu Delormeau a reçu l'ex-présentateur des "Z'Amours", Tex. Ce dernier est revenu sur la décision de la Cour de cassation, prise le 20 avril dernier, concernant son éviction de France 2. Pour rappel, l'animateur avait été viré en 2017 du service public après une blague sexiste prononcée dans l'émission "C'est que de la télé" sur C8. L'humoriste avait alors contesté juridiquement son licenciement.

Il y a une semaine, la chambre sociale de la Cour de cassation a estimé que l'éviction de Tex "ne constituait pas une atteinte disproportionnée à la liberté d'expression du salarié", rappelant que "le conseil des prud'hommes puis la cour d'appel ont jugé que ce licenciement était justifié". Selon la Cour, le présentateur de la Deux s'était engagé dans son contrat de travail à respecter une charte établie par France 2. "Cette charte lui imposait de ne pas tenir de propos de haine ou de mépris à raison du sexe et de ne pas valoriser les violences sexistes, quels que soient les médias dans lesquels il apparaîtrait", a indiqué la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français. Dès lors, "le fait de tenir ces propos constituait une faute contractuelle", a-t-elle souligné.

"C'est une jurisprudence redoutable !"

Hier soir, Matthieu Delormeau a fait réagir son invité à cette décision de justice : "La Cour de cassation a estimé...

Lire la suite


À lire aussi

Suppression du but de Khazri sur les réseaux sociaux : "Une décision complètement con" de la LFP selon Rothen
Tex viré de France 2 : La cour de cassation juge la sanction "proportionnée" et déboute l'animateur
Présidentielle : LCI proposera finalement le meeting de Macron au cours d'un grand week-end politique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles