C'est le grand retour des taches sombres à la surface du Soleil !

Xavier Demeersman, Journaliste
·2 min de lecture

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas vu apparaître autant de taches sombres à la surface du Soleil. Rien de très spectaculaire pour l’instant, mais cela signe une vraie reprise d’activité de notre Étoile. Avant toute chose, rappelons que l’absence de taches — des régions actives — durant de longs mois à la surface de l’étoile n’a rien d’anormal. Sous l’emprise d’un cycle d’une durée moyenne de 11 ans, le Soleil a officiellement achevé son 24e (suivi par Homo sapiens) à la fin de l’année 2019, a annoncé la Nasa il y a deux mois.

La région active AR2778 s'est étendue sur 100.000 kilomètres le 27-28 octobre dernier. © Nasa, SDO
La région active AR2778 s'est étendue sur 100.000 kilomètres le 27-28 octobre dernier. © Nasa, SDO

Nous voici donc entrés dans le cycle solaire 25 dont le maximum d’activité est prédit pour l’été 2025. À cette période, les régions actives, qui devraient être légions et parfois de grandes tailles, seront le théâtre d’éruptions importantes lesquelles, selon leurs violences, sont susceptibles de perturber les réseaux électriques et les systèmes de communications de la planète. Lors de tels événements, astronautes, cosmonautes, taïkonautes devront d’ailleurs s’abriter au plus vite de ces tempêtes solaires.

Développement de la région active AR2781 en 24 heures. La groupe de taches est sur la face du Soleil tournée vers la Terre ces prochains jours. © Nasa, SDO
Développement de la région active AR2781 en 24 heures. La groupe de taches est sur la face du Soleil tournée vers la Terre ces prochains jours. © Nasa, SDO

Irruption de grandes régions actives sur le Soleil

Vers le milieu de la semaine dernière, physiciens solaires et astronomes amateurs (équipés d’instruments adéquats pour contempler la photosphère sans risques), on pu voir surgir un archipel de taches qui s’est étendu jusqu’à 100.000 kilomètres à la surface de l’étoile. Les jours suivants, AR2778 a éructé une série de modestes éruptions, toutes de classe C. Puis le groupe s’est comme dissous parmi les granules de la photosphère au moment où il passait le limbe. Ensuite, le Soleil est redevenu vierge de toutes taches sombres, comme cela a été souvent observé ces dernières années. Le calme est revenu… mais pas très longtemps.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura