"C'est pas trop dur ?" : François Hollande explique sa question "désinvolte" à Emmanuel Macron

·1 min de lecture

"Ça va, c'est pas trop dur en ce moment ?" La question de François Hollande à Emmanuel Macron lors de la cérémonie de commémoration de de la signature de l'armistice ce mercredi 11 novembre a interpellé. Alors que beaucoup ont jugé ces propos déplacés, voire "désinvoltes", l'ancien président de la République s'est expliqué sur cet échange étonnant au micro de France Inter ce vendredi 13 novembre.

Si l'ancien président de la République n'a toujours pas pardonné à son ancien ministre de l'Économie sa trahison, il assure cependant avoir voulu lui faire passer un message. "Nous sommes devant des crises majeures (...) Jamais je pense il n'y a eu une accumulation de crises comme nous les connaissons", a-t-il expliqué, et de poursuivre : "il ne peut pas y arriver seul, il doit dialoguer, il doit concerter, associer et faire vivre les institutions."

Une petite pique bien sentie au chef d'Etat connu pour n'en faire qu'à sa tête. "Un homme seul, président de la République même avec tous les moyens que lui confère la constitution ne peut pas parvenir à surmonter cette accumulation de crises", estime par ailleurs François Hollande, et de conclure, tendant la main à celui qui a jusqu'alors préféré suivre les conseils avisés de Nicolas Sarkozy : "Cela sera dur, très dur, pas seulement pour le chef de l'État mais pour tout le monde. À partir de là il faut changer les procédures et les pratiques. Je suis toujours disponible et chaque fois que j'ai été invité, je suis venu et j'ai donné mon point (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Märtha Louise de Norvège : son compagnon Shaman Durek surnommé "Raspoutine" à leurs débuts
Qui est Anne-Saurat Dubois, qui a tenu la dragée haute à Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV ?
"Je n'ai pas forcé la porte du studio" : François Hollande s'agace face à Nicolas Demorand
Cécilia Attias : la chérie de Louis Sarkozy n’a pas oublié son anniversaire
Sylvie Vartan pas prête à oublier son Johnny : ce joli message