C'est quoi "Deux", le film choisi par la France pour la représenter dans la course aux Oscars?

Jérôme Lachasse
·3 min de lecture
Barbara Sukowa et Martine Chevallier dans le film
Barbara Sukowa et Martine Chevallier dans le film

Passé inaperçu l'année dernière, Deux a été choisi par la France pour la représenter dans la course aux Oscars 2021. Ce premier film signé Filippo Meneghetti fait en effet partie de la pré-sélection dévoilée ce mardi par l'Académie et affrontera notamment Mads Mikkelsen dans Drunk pour le Danemark.

Deux raconte l'histoire de deux retraitées, Nina (Barbara Sukowa) et Madeleine (Martine Chevallier), qui vivent une histoire d'amour aussi secrète que passionnée depuis des décennies. Elles sont voisines de palier dans une petite ville française où tout le monde, y compris la fille de Madeleine jouée par Léa Drucker, ignore leur idylle qui va affronter des difficultés imprévues.

Un film sans pathos, tout en pudeur et en retenue, sur l'acceptation de soi et la sexualité des personnes âgées: "Nous voulions susciter de l’émotion, mais de manière graduelle. Ensuite, nous voulions éviter les flash-back et distiller les informations sur les personnages. Jouer avec les attentes du public. De sorte que quand il découvre quelque chose sur eux, cela le bouleverse", indique Filippo Meneghetti dans le dossier de presse.

"Comment s’accepter, s’assumer?"

L'envie de faire ce film est née en discutant avec un de ses amis: "J’avais envie de raconter l’histoire de deux femmes qui s’aimaient en secret. Mais je ne savais pas comment la mettre en scène. Un jour, un ami m’a parlé de deux femmes âgées qui vivaient au-dessus de chez lui. Elles étaient veuves depuis peu et habitaient l’une en face de l’autre. Et pour se sentir moins seules, elles laissaient toujours la porte ouverte. C’est à partir de cette anecdote que le film a commencé à germer dans mon esprit", explique le cinéaste italien dans le dossier de presse.

https://www.youtube.com/embed/0qO5U4I8YoA?rel=0&start=41

Deux, selon lui, aurait pu être l'histoire d'un homme et d'une femme, "mais c’est tout ce qui s’écarte de la norme qui m’intéresse", poursuit-il, avant d'ajouter: "Je crois que c’est avant tout un film sur le regard des autres. Et sur l’autocensure. Une censure invisible mais très violente. Le regard que nous portons sur nous-mêmes est nourri par celui de nos proches, de la société. Et nous finissons par l’intérioriser. Et c’est de cela dont parle d’abord Deux. Le film soulève des problématiques auxquelles chacun peut s’identifier, que l’on soit hétérosexuel ou homosexuel. Comment s’accepter, s’assumer?"

Pour les actrices, Filippo Meneghetti a tout de suite pensé à Léa Drucker, qu'il avait vue dans le court-métrage qui a inspiré Jusqu'à la garde, le film qui lui a valu un César il y deux ans. Pour les rôles principaux, il a fait appel à Martine Chevallier, une "immense comédienne de théâtre", et Barbara Sukowa, "une actrice emblématique du cinéma indépendant": "Je voulais travailler avec des actrices qui soient à l’aise avec leur âge. Et qui soient très différentes. D’abord parce que les personnages le sont, mais aussi parce que j’avais besoin d’une complémentarité en termes de jeu dramatique."

Une seconde vie

Initialement sorti le 12 février 2020, Deux devait bénéficier d'une nouvelle sortie en décembre dernier, décalée à la réouverture des salles. Très bien accueilli par la critique, Deux n'a fait que 49.000 entrées en France, selon les chiffres de l'organisme spécialisé CBO Box Office.

Cette pré-sélection aux Oscars (le film pourrait ne pas être dans la liste finale, révélée en mars) lui offre une seconde vie: "Le film a mis longtemps à se monter et c'est merveilleux de sentir qu'il y a d'autres personnes qui s'intéressent au talent de ce réalisateur et à cette histoire car c'est assez rare de voir une histoire d'amour entre deux femmes d'un certain âge", s'est enthousiasmée l'année dernière Léa Drucker sur Allociné.

Article original publié sur BFMTV.com