"C'est un complotiste comme un autre": Darmanin attaque Mélenchon, qui l'accuse de "tripoter" les résultats

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin donne une conférence de presse le 5 mai 2022 à Bousbecque, dans le Nord, pour annoncer sa candidature aux législatives - DENIS CHARLET © 2019 AFP
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin donne une conférence de presse le 5 mai 2022 à Bousbecque, dans le Nord, pour annoncer sa candidature aux législatives - DENIS CHARLET © 2019 AFP

Le ministre de l'Intérieur se défend après les accusations de "manipulation" de la France insoumise des résultats du premier tour. "La majorité est arrivée en tête, même si Monsieur Mélenchon voudrait instiller le doute", juge Gérald Darmanin.

Gérald Darmanin sort du bois. Accusé d'avoir "tripoté" les résultats officiels du premier tour des législatives dimanche soir dernier par Jean-Luc Mélenchon, le ministre de l'Intérieur, qui n'avait pas encore répondu à ces attaques, se défend.

"La majorité est arrivée en tête, même si Monsieur Mélenchon voudrait instiller le doute. C’est un complotiste comme un autre. Nous sommes qualifiés dans plus de 400 circonscriptions", avance le locataire de la place Beauvau, en charge de l'organisation des élections, dans Le Parisien ce jeudi soir.

21.000 voix d'écart... officiellement

Selon les résultats officiels, la coalition macroniste Ensemble a devancé au premier tour la Nupes d'un peu plus de 21.000 voix seulement, sur 23,3 millions de votants, avec 25,75% des voix (5.857.558 voix), contre 25,66% pour la Nupes (5.836.202).

Après la publication de ces chiffres dans la nuit de dimanche à lundi, Manuel Bompard, l'ancien directeur de campagne de la France insoumise et candidat dans la circonscription de Jean-Luc Mélenchon à Marseille, avait accusé Gérald Darmanin de lui attribuer moins" de voix que récoltées "pour faire apparaître artificiellement le parti de Macron en tête".

Au cœur du débat: les quelque 44.400 voix recueillies par trois candidats: Hervé Saulignac (1re circonscription de l'Ardèche), Dominique Potier (5e de Meurthe-et-Moselle) et Joël Aviragnet (8e de Haute-Garonne). Ces 3 candidats ont été investis par le PS dans le cadre de la Nupes. Dominique Potier a depuis expliqué s'être "mis en retrait" de l'union de la gauche.

Mélenchon lui "laisse les plaisirs de la bidouille"

Interrogé par l'AFP, le ministère explique de son côté avoir "comptabilisé en divers gauche" ces trois candidats "initialement investis par la Nupes", ces derniers ayant ensuite "déclaré vouloir renoncer à cette investiture" Nupes.

Pas de quoi convaincre Jean-Luc Mélenchon.

"Je laisse les plaisirs de la bidouille à M. Darmanin", a-il déclaré sur le plateau de France 2 lundi soir. "Il essaie depuis hier soir de tripoter les chiffres, il m’enlève des députés pour masquer que LaREM a subi une lourde défaite", avait-il poursuivi.

De son côté, Gérald Darmanin y voit une attaque en règle des agents du ministère de l'Intérieur.

"Ses attaques frontales et éhontées contre les fonctionnaires de la République montrent qu’il a bien peu de respect pour eux. Car ce n’est pas le ministre de l’Intérieur qui compte les voix mais chacun des agents de la préfecture", avance encore après du Parisien celui qui est également candidat aux législatives dans la 10e circonscription du Nord.

Avant de conclure: "Quand il attaque ainsi les fonctionnaires, il n’est pas digne de la fonction à laquelle il prétend."

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon: "Hier, c'était la journée bidouillage des résultats par Monsieur Darmanin"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles