"C'est une balle dans la tête": une jeune femme de 24 ans se confie sur son addiction au crack

·1 min de lecture
Inasse, 24 ans, s'est métamorphosée à cause de sa consommation de crack. - BFMTV
Inasse, 24 ans, s'est métamorphosée à cause de sa consommation de crack. - BFMTV

876450610001_6280897760001

"J'appelle ça le caillou de l'enfer." Inasse a 24 ans. Depuis cinq ans, elle est accro au crack. Elle s'est confiée à BFMTV, dans le cadre de notre enquête "Crack, l'enfer de la drogue", diffusée ce lundi soir sur notre antenne.

Le crack "monte directement au cerveau", décrit-elle quand on lui demande les effets que lui procure cette drogue. "Cela ne dure que quelques secondes. C'est une balle dans la tête direct", a-t-elle ajouté.

Depuis cinq ans, la jeune femme vit "une descente aux enfers", qu'elle juge "inimaginable". Jusqu'à ses 17 ans, elle n'avait pourtant touché à aucune drogue. Elle a ensuite commencé à consommer du cannabis, de l'héroïne, de la cocaïne, avant de tomber dans le crack.

"On peut aller jusqu'à s'arracher la peau"

Inasse peut fumer jusqu'à 15 galettes de crack par jour. Une dépendance qui ne provoque pas d'overdose mais qui la détruit lentement. Les cicatrices sur le visage de la vingtenaire représentent les traces de cette addiction:

"Après avoir fumé, on pense soit qu'on a des boutons qui n'existent pas, soit des bêtes qui sont sur nous. On peut aller jusqu'à s'arracher la peau. C'est très violent."

L'addiction est, selon Inasse, "très rapide". Et ce, dès la première dose. "Contrairement à la coke, tu peux devenir addict dès la première taff. (...) Imagine toi le meilleur orgasme de ta vie fois 100. On recherche ensuite cette sensation, en augmentant les doses continuellement. Et on devient accro", conclut-elle avec émotion.

>> "Crack, l'enfer de la drogue", à découvrir ce soir à 20h50 en intégralité dans Ligne Rouge sur BFMTV

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles