César 2020: après la démission de l'Académie, quid de la cérémonie du 28 février?

La "démission collective" de la direction des César aura-t-elle un impact sur la cérémonie du 28 février? (Photo: PATRICK KOVARIK / AFP)

CESAR - L’édition 2020 des César promet d’être historique. Alors que la 45e cérémonie se tient le vendredi 28 février prochain, l’Académie des César a annoncé sa “démission collective” dans un communiqué rendu public ce jeudi 13 février aux alentours de 21h. Soit quinze jours à peine avant la grand-messe du cinéma français.

“Pour honorer celles et ceux qui ont fait le cinéma en 2019, pour retrouver la sérénité et faire que la fête du cinéma reste une fête, le conseil d’administration de l’Association pour la promotion du cinéma (Académie des arts et technique du cinéma) a pris la décision à l’unanimité de démissionner. Cette démission collective permettra de procéder au renouvellement complet de la direction”, écrit l’Académie présidée par Alain Terzian depuis 2003.

Une cérémonie impactée?

Cette décision fait suite à des semaines mouvementées - de la multi-nomination de Roman Polanski, accusé de viol, à la tribune de 400 personnalités pour plus de diversité et de transparence. Mais cette démission de la direction de l’Académie va-t-elle impacter la tenue de la cérémonie de l’édition 2020?

En fait, les principaux changements devraient plutôt survenir au lendemain de la cérémonie. Dans le communiqué de l’Académie, on apprend que “l’assemblée générale se réunira après la cérémonie du 28 février” pour ”élire une nouvelle direction” et “mettre en oeuvre les mesures de modernisation annoncées”.

Jusqu’à aujourd’hui, l’Académie est régie par un aréopage de 47 membres parmi lesquels les professionnels ayant reçu un Oscar, les anciens présidents et plusieurs personnalités. 21 d’entre eux, dont Costa Gavras, Claude Lelouch ou Tonie Marshall, composent le conseil d’administration. Ce sont ces 21 personnes qui viennent d’annoncer leur démission à l’unanimité.

La future direction devra “permettre de représenter le cinéma français dans toutes ses esthétiques et sa diversité”, a estimé le ministre de la Culture Franck Riester ce jeudi sur Twitter.

Cependant, ce tournant dans l’histoire de l’Académie du cinéma pourrait tout de même se faire sentir lors de la prochaine cérémonie. En effet, les quelque 4700 membres votants - dont la liste est confidentielle - ont encore tout le loisir de voter pour désigner leurs gagnants. La clôture du second tour de vote n’aura lieu que le mardi 25 février pour le vote papier, et le vendredi 28 février à 16h pour le vote en ligne. Alors il y a fort à parier que certains décident d’en faire un vote symbolique amorçant la “réforme en profondeur” qu’ils souhaitent.

Polémiques à répétition

En début de semaine, près de 400 acteurs et actrices, réalisateurs et réalisatrices, et professionnels du cinéma menés par Omar Sy, Céline Sciamma ou Jacques Audiard signaient une tribune pointant du doigt le fonctionnement ”élitiste et fermé” de l’Académie. Dysfonctionnement, opacité des comptes, cooptation, manque de parité et de diversité: les défaillances sont nombreuses, clament ces votants qui n’ont pourtant “aucune voix au chapitre”.

Avant cela, l’annonce des 12 nominations de Roman Polanski et de son film “J’accuse” le 29 janvier dernier avait ravivé la polémique. “12 comme le nombre de femmes qui l’accusent de viol”, rappelait le collectif Osez le féminisme. “L’Académie n’est pas une instance qui doit avoir des positions morales”, s’était défendu le président de l’Académie, Alain Terzian.

Interrogée par le magazine Elle sur la “prise de conscience” déclenchée par le témoignage de l’actrice Adèle Haenel, victime d’attouchements et de harcèlement sexuel, la sociologue et autrice Iris Brey disait “attendre de voir qui sera dans l’action” aux César. “Ce sera intéressant de savoir comment les gens de l’industrie vont voter aux César. (Adèle Haenel) sera-t-elle récompensée? Les discours vont-ils être plus engagés? J’attends de voir si les hommes vont enfin s’engager sur ces questions ce soir-là”, déclarait-elle.

La démission collective de la direction de l’Académie est indéniablement un acte fort. Reste à voir si les 4700 membres votants choisiront eux aussi d’agir d’ici la cérémonie du 28 février.

À voir également sur Le HuffPost: Le “lapsus” de Florence Foresti sur Roman Polanski ne passe pas inaperçu

LIRE AUSSI

Le dîner des révélations des César 2020 perturbé par un scandale

Les César 2020 balaient la polémique Polanski, favori des nominations

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.