Le cerveau des rugbymen affecté dès la première saison professionnelle

·1 min de lecture
Un collectif d'une centaine d'anciens rugbymen, victimes de déficience mentale à différents degrés, a intenté une action en justice contre World Rugby fin 2020. (Illustration)
Un collectif d'une centaine d'anciens rugbymen, victimes de déficience mentale à différents degrés, a intenté une action en justice contre World Rugby fin 2020. (Illustration)

Le rugby est un sport de contact. Dans les mêlées, les rucks ou sur un plaquage, un joueur peut encaisser de gros chocs à la tête. Cela engendre parfois des commotions cérébrales, ou sous-commotions cérébrales, qui ne sont pas sans conséquence sur la santé. Selon une étude de l?université du pays de Galles du sud, dont les résultats complets seront publiés dans le prochain numéro du Journal of Experimental Physiology, mais révélée lundi 30 août par la BBC, un rugbyman peut voir son cerveau affecté dès sa première saison au niveau professionnel. Un déclin des fonctions cognitives et une baisse de l?afflux sanguin vers le cerveau ont été observés chez plusieurs joueurs au cours des recherches.

Les scientifiques ont suivi une équipe professionnelle participant au United Rugby Championship. Ils ont examiné les joueurs avant, au milieu, et à la fin de la saison. Ils ont alors constaté que les fonctions cognitives ? qui sont la capacité d?un être humain à réfléchir, se souvenir et s?exprimer ? et l?afflux sanguin vers le cerveau avaient baissé pour tous les joueurs. Et pas seulement ceux victimes d?une ou plusieurs commotions cérébrales au cours de la saison. Ce qui veut dire que n?importe quel choc à la tête, même s?il paraît mineur, mais effectué de façon répétée, peut avoir des conséquences.

20 % des commotions cérébrales auraient lieu à l?entraînement

L?étude suppose aussi que ces problèmes affectent davantage les joueurs professionnels parce que le rythme des [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles