Le cerveau des moustiques est câblé pour nous repérer

Une piqûre de moustique, c’est agaçant. Ça gratte, surtout. Mais, dans certaines régions du monde, c’est bien pire que cela. Celui que les scientifiques appellent Aedes aegypti est aujourd’hui considéré comme le principal vecteur de la dengue, du virus Zika, du chikungunya et de la fièvre jaune. On comprend pourquoi les scientifiques cherchent des solutions qui pourraient nous éviter sa piqûre.

L’ennui, c’est que, de plus, ce moustique en particulier a développé une tendance à piquer presque exclusivement les humains. Est-ce à dire qu’il sait distinguer l’odeur d’un humain de celle d’un autre mammifère ? Il semblerait. Et après des années d’efforts, des chercheurs de l’université de Princeton (États-Unis) pensent avoir enfin compris comment grâce à des images très haute résolution du cerveau des moustiques.

Pourquoi les moustiques préfèrent-ils piquer les humains ?

Cela n’a pas été simple. Des scientifiques de différents horizons se sont mobilisés. Les chercheurs ont d’abord dû concevoir des moustiques génétiquement modifiés dont le cerveau s’illumine lorsqu’il est actif. Deux années de travail. Puis ils ont dû leur faire sentir des odeurs humaines — récupérées en prenant garde de ne pas les contaminer avec les odeurs des fibres de nos vêtements — et animales — récupérées avec les plus grandes précautions à partir de poils notamment, prélevés ici sur des rats, des moutons, des cobayes ou encore des chiens — dans l’espoir d’observer des différences de réaction chez lesdits moustiques. Là encore, deux années de travail pour mettre au point un système qui diffuse ces odeurs efficacement. Du temps, encore, pour construire un système d’imagerie adapté à l’étude du cerveau des moustiques. Mais le tout semble aujourd’hui récompensé.

Un mécanisme incroyablement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles