Comment le cerveau module l’intensité de la douleur

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique

La douleur est essentielle à notre survie. Elle nous informe qu'une partie de notre corps est endommagée ou qu'il y a un problème. On a tous remarqué que le stress ou l'anxiété avait la capacité d'amplifier cette douleur tandis que se concentrer sur une autre tâche, se distraire en somme, pouvait mener à l'atténuation de la douleur. D'après les travaux de Yarimar Carrasquillo, auteure principale de l'étude et scientifique du Centre national de la santé complémentaire et intégrative (NCCIH, National Center for Complementary and Integrative Health, États-Unis), et de son équipe, les mécanismes qui mènent à ces sensations sont mieux décryptés. 

Une historie d'expression de protéines

C'est l'amygdale centrale qui serait responsable de l'évolution de la douleur. Selon le comportement adopté - stress ou distraction -, les cellules de l'amygdale centrale n'expriment pas les mêmes neurotransmetteurs. En situation de stress, c'est une protéine appelée kinase C delta qui amplifiera la sensation de douleur tandis que si l'on se concentre sur une autre tâche, ce sera la somatostatine qui sera relâchée et qui réduira cette sensation.

La sensation de douleur peut donc être modulée. Mais cette information n'est pas utile pour tout le monde. En effet, lorsqu'une douleur survient, il vaut mieux tenter d'en identifier la cause afin de la faire disparaître plutôt que de ne pas en prendre compte. Rappelons-le, la douleur est un message d'alerte. Si elle persiste sans cause identifiable, mieux vaut passer des examens médicaux. Par contre, là où cette découverte peut être intéressante, c'est dans la gestion de la douleur chronique

La sensation de douleur est modulée par nos neurones. © Stasique, Fotolia

Des pistes contre la douleur chronique

Un nombre conséquent de Français souffrent de douleurs chroniques plus ou moins intenses altérant leur qualité de vie. Ce type de douleur ne semble pas utile. En effet, une douleur informe d'un danger. Si l'on peut continuer à vivre tout en...

> Lire la suite sur Futura