Comment le cerveau gère la peur ? Une étude chez les souris nous en apprend plus

Dans le paradigme fonctionnaliste des neurosciences - largement répandu aujourd'hui -, on doit pouvoir rendre compte des différents états de conscience en partant du neurone comme cause explicative car les états physiques et les états mentaux sont une seule et même entité. Parmi ces états de consciences, la peur est extrêmement étudiée depuis plus d'un demi-siècle. Les expériences pionnières sont celles de John Downer ou encore de Joseph LeDoux, deux chercheurs américains qui démontrent la place centrale occupée par l'amygdale dans la survenue de comportements stéréotypés face à des stimuli dangereux et son rôle dans la formation de souvenirs aversifs.

Valérie Doyère, directrice de recherche de l'équipe Mémoire, Émotion et Temps à l'Institut NeuroPSI de l'Université Paris-Saclay et CNRS, revient sur la formation de cette littérature, aujourd'hui abondante :  Il y a eu un long débat dans la communauté scientifique qui portait sur la question de savoir si la formation de la mémoire acquise aversive était réalisée par l'amygdale ou par des structures au niveau thalamique. Aujourd'hui, la littérature penche en faveur de l'amygdale même si une vision trop centrée sur la structure est probablement trop simpliste. À l'instar des sens, la mémoire est multimodale, elle a besoin de plusieurs éléments pour se former. L'idée de plus en plus prégnante est que ce sont probablement des interactions entre plusieurs structures qui sont à l'origine du phénomène ».

Ce sont probablement les interactions entre plusieurs structures qui participent à former la mémoire aversive. © Mopic, Adobe Stock
Ce sont probablement les interactions entre plusieurs structures qui participent à former la mémoire aversive. © Mopic, Adobe Stock

Récemment, une nouvelle étude parue dans la revue Cell Reports apporte de nouveaux éléments à cette littérature en démontrant l'existence d'un circuit neuronal central dans la survenue de comportements stéréotypés aux stimuli aversifs et dans la formation de la mémoire aversive. Mais, avant d'expliquer les tenants et les aboutissants de cette recherche, il faut préciser que, malgré l'obsession...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura