Le cerveau détecte les odeurs avant même que l'on ne s'en rende compte

Comment le cerveau distingue une mauvaise odeur d'une bonne ? Des chercheurs de l'université de Tokyo ont fait passer un électroencéphalogramme (EEG) à des volontaires pendant qu'ils sentaient des odeurs rances ou de pourriture, des odeurs fruitées et fleuries, et enfin des odeurs neutres.

« Nous avons été surpris de détecter le signal correspondant à l'odeur très tôt sur l'EEG, dès 100 millisecondes après la présentation de l'odeur, ce qui suggère que la représentation de l'information de l'odeur est formée rapidement », a déclaré le doctorant Mugihiko Kato, diplômé de l'université de Tokyo.

Le cerveau détecte une odeur avant même que l'on en ait conscience. © Irina Bg, Shutterstock
Le cerveau détecte une odeur avant même que l'on en ait conscience. © Irina Bg, Shutterstock

Les mauvaises odeurs détectées avant les bonnes

Le cerveau détecte l'odeur avant même que la personne ait conscience de sentir quelque chose. Les zones du cortex impliquées dans les odeurs s'activent entre 300 et 600 millisecondes et au-delà après le stimulus. C'est à ce moment là que le cerveau sait si l'odeur est plaisante ou non. Les mauvaises odeurs sont détectées à partir de 300 millisecondes et les plaisantes à partir de 500 millisecondes.

Pour les scientifiques, le cerveau reconnaît plus vite les mauvaises odeurs comme un reste du passé où elles constituaient un signal de danger pour nos ancêtres. Cette recherche pourrait s'avérer utile dans le cadre de la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson où les malades présentent parfois des troubles de l'odorat.

Comment notre cerveau fait-il le tri des informations pour rester concentré ?

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles