Certificat sanitaire : l'UE lance son système, 7 Etats-membres déjà connectés

·1 min de lecture

Coup d'envoi pour le certificat sanitaire en Europe ! L'Union Européenne a lancé ce mardi 1er juin sa plateforme technique destinée à assurer l'interopérabilité des "pass sanitaires" qui permettront à partir du 1er juillet de voyager entre Etats membres, a indiqué la Commission européenne, précisant que sept pays s'y étaient déjà connectés pour délivrer leurs premiers certificats. Attestant qu'une personne est vaccinée, immunisée à la suite d'une infection ou qu'elle a passé un test négatif, ce document -- sous format papier ou numérique -- sera reconnu par l'ensemble des Vingt-Sept.

"Nous lançons l'infrastructure technique qui permettra la validation des certificats de façon sécurisée et respectueuse de la vie privée", a indiqué un porte-parole de l'exécutif européen. Ce "service passerelle" opéré par la Commission permet de vérifier et d'authentifier les signatures numériques contenues dans les codes QR des certificats, sans traitement de données à caractère personnel, en consultant les "clés de signature" stockées dans des serveurs nationaux. Après des tests "concluants", les États "peuvent commencer à utiliser le système sur une base volontaire", a précisé la Commission, rappelant que l'entrée en vigueur sur l'ensemble de l'UE reste prévue au 1er juillet.

Dix pays se sont pour l'heure connectés à l'infrastructure, parmi lesquels sept Etats ont commencé à délivrer leurs premiers certificats (Bulgarie, République tchèque, Danemark, Allemagne, Grèce, Croatie, Pologne). Athènes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Conseil constitutionnel donne son feu vert au pass sanitaire
Voyages dans l'UE : Bruxelles tente d'harmoniser l'usage du certificat Covid-19
L'Établissement français du sang lance un appel d'urgence aux dons
Les Etats-Unis auraient espionné la France et l’Allemagne via le Danemark, “extrêmement grave” selon Clément Beaune
L’Italie face à un "immense" défi pour redresser son économie, un avenir bâti sur des aides "impensable"