Dans certains Ehpad, le manque de qualité de l’alimentation met en danger la santé des résidents

Les photos sont loin de donner envie. Sur un plateau, on trouve une brandade mixée, un yaourt nature et un pruneau caché sous un jus peu ragoûtant. Quand ce type de menu se répète matin, midi et soir, il y a de quoi en avoir l’appétit coupé. Pour connaître la qualité des repas servis dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), 60 millions de consommateurs et l’Institut national de la consommation (INC) ont lancé un questionnaire pendant l’été.

Avec plus de 250 répondants, ils ont pu en tirer des constats. La situation est paradoxale. Si l’on regarde les menus des établissements, tout va bien… ou presque. «Les menus proposés sont globalement équilibrés, constate Patricia Chairopoulos, cheffe de rubrique alimentation du magazine lors d’une conférence de presse présentant l’étude ce jeudi 26 octobre. Il y a globalement assez de légumes, de protéines animales, de produits laitiers», liste-t-elle.

>> Notre service - Maintien à domicile, maisons de retraite, résidences services... Prenez rendez-vous avec un conseiller par téléphone pour trouver la meilleure solution pour vos proches

Voilà pour le positif, mais à y regarder de plus près, tout n’est pas aussi rose que ce que l’on peut lire sur les menus. D’abord, il ne faut pas oublier que dans un Ehpad, de nombreux résidents rencontrent des problèmes de déglutition, de perte de goût ou encore ont des difficultés motrices pour manger. D’après 60 millions de consommateurs, la moitié des résidents en Ehpad (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Critiqué pendant la réforme, Matignon annonce le départ du président du Conseil d'orientation des retraites
Critiqué pendant la réforme, Matignon annonce le départ du président du Conseil d'orientation des retraites
L’Etat renonce à ponctionner le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco
L’Etat renonce à ponctionner le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco
Manifestation des retraités : leur pouvoir d’achat baisse-t-il vraiment ?