Certaines notes de musique peuvent soigner les cauchemars pendant le sommeil

SCIENCE PHOTO LIBRARY / R3F / Science Photo Library via AFP

Des scientifiques ont réussi à intervenir sur les cauchemars de volontaires en utilisant des notes de musique. Une première pour tenter de soigner les personnes atteintes de mauvais rêves traumatiques.

Certains rêvent qu'ils paniquent devant leur copie de bac, d'autres se voient tomber d'un gouffre. Les mauvais rêves et les cauchemars - qui surviennent lors de la phase de sommeil paradoxal - ont pour but de réguler nos émotions et sont considérés comme "utiles" par la psychiatrie. Mais si tout le monde fait un mauvais rêve ou cauchemar de temps en temps, certains souffrent de cauchemars pathologiques. Selon la Classification internationale des troubles du sommeil, établie par l’American Academy of Sleep Medicine, cauchemarder devient pathologique lorsque ces rêves se répètent et ont un impact la journée, en provoquant par exemple une fatigue, de l’anxiété, une baisse de moral ou des flashbacks. On parle alors de "maladie des cauchemars", un motif de consultation toujours plus fréquent. Certains peuvent être liés à l'état de stress post-traumatique et d'autres non. Environ 4% de la population générale souffre de cauchemars d'ordre pathologique.

Pour traiter ce trouble, la thérapie par répétition d’imagerie mentale (IRT) est fréquemment utilisée. Cette technique de restructuration cognitive consiste à demander au patient d’imaginer quotidiennement, durant cinq à dix minutes, des issues alternatives et positives aux scénarios de ses cauchemars. Mais cette méthode ne fonctionne pas pour de nombreux patients, qui n'y sont pas réceptifs. Une équipe de l'Université de Genève, menée par le Dr Lampros Perogamvros, a mis au point une méthode utilisant des notes de musique pour influencer les cauchemars des patients. Des résultats publiés dans la revue Current Biology.

Une fin positive aux cauchemars

L'équipe de l'Université de Genève (UNIGE) et des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) a réuni 36 patients souffrant de la maladie des cauchemars de type non traumatique. "On parle de personnes pour lesquelles ces cauchemars ont un retentissement sur la vie quotidienne. Elles se réveillent beaucoup la nuit, ont un sommeil court et de mauvaise qualité, une détresse psychique e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Un mauvais sommeil peut provoquer diabète et hypertension"