Le Cern va rendre transportable l'antimatière comme dans le film « Anges et Démons » !

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Dans un récent communiqué, le Cern fait savoir qu’il entend bien poursuivre la route conduisant à faire passer, de la fiction à la réalité, le dispositif de stockage portatif d’antimatière qui sert de trame au fameux roman de Dan Brown, Anges et Démons. Futura vous en avait déjà parlé dans le précédent article ci-dessous il y a quelques années.

Le dispositif en question sera basé sur la technologie et les réalisations déjà obtenues au Cern par les membres de la collaboration Base (Baryon Antibaryon Symmetry Experiment) qui ont déjà battu de nombreux records dans le domaine de la recherche sur l'antimatière. Ils ont ainsi été les premiers à en conserver durant plus d'un an. Il s’agissait d’antiprotons stockés dans un piège de Penning qui maintient en place les particules au moyen de champs électriques et magnétiques, antiprotons issus d’une autre machine, le Décélérateur d'antiprotons (AD) du Cern.

Un tel piège, qui permet d’étudier des particules isolées et qui a valu à son développeur, Hans Georg Dehmelt, un prix Nobel de Physique, peut aussi servir de réservoir contenant jusqu'à environ 10 millions de millions d’antiprotons.


Une présentation de Base. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Cern

Le Cern, une usine à bombes d'antimatière ?

Il ne faudrait pas croire pour autant que l'on pourrait faire des bombes à antimatière avec eux, contrairement à ce qui est mis en scène avec des physiciens du Cern dans le roman dont un film a été tiré. Le laboratoire européen l’a clairement expliqué sur son site car il est très difficile de produire et de capturer des antiprotons. Les processus utilisés avec les accélérateurs du Cern depuis des décennies ont en effet un rendement ridiculement faible puisque l’énergie...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura