Cercueils à la tour Eiffel : placés sous le statut de témoin assisté, les suspects restent libres

Les trois hommes soupçonnés d'avoir déposé des cercueils samedi au pied de la tour Eiffel, dans une possible opération d'ingérence étrangère, ont échappé lundi à une mise en examen et demeurent libres.

"Le juge d’instruction a placé sous le statut de témoin assisté les trois personnes qui lui ont été présentées, ne retenant pas la qualification de violences pour les faits reprochés", a indiqué lundi 3 juin le parquet de Paris, qui avait requis la mise en examen pour "violences avec préméditation" des trois mis en cause dans l'affaire des cercueils déposés samedi au pied de la tour Eiffel.

"Ces personnes demeurent donc libres. Il appartient au juge d’instruction de décider des suites qu’il entend apporter à sa saisine", a ajouté le parquet.

Les trois hommes sont le chauffeur de véhicule ayant transporté les cercueils, de nationalité bulgare et âgé de 38 ans, et deux autres hommes, l'un âgé de 25 ans, né en Allemagne, l'autre, de 17 ans, né en Ukraine.

"L'interrogatoire de première comparution de mon client est terminé, j'ai obtenu son placement sous le statut de témoin assisté", a indiqué à l'AFP, Me Assia Kaci, l'avocate du ressortissant allemand.

Me Marie Debien, avocate du chauffeur bulgare, s'est dite satisfaite de la décision du juge, "qui est conforme à la réalité du dossier", alors que le parquet avait "sollicité le placement en détention provisoire" de son client.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Soupçons d'"ingérence étrangère" après la découverte de cercueils au pied de la tour Eiffel
Mémorial de la Shoah à Paris : la Russie soupçonnée d'être derrière les tags de mains rouges