Centre du don des corps: un second ancien préparateur mis en examen

·2 min de lecture
Un ancien préparateur en anatomie du Centre du don des corps (CDC) de l'Université Paris Descartes mis en examen pour
Un ancien préparateur en anatomie du Centre du don des corps (CDC) de l'Université Paris Descartes mis en examen pour

Un second ancien préparateur en anatomie du Centre du don des corps de l'Université Paris Descartes, au cœur d'un scandale sur les conditions indécentes de conservation de dépouilles, a été mis en examen. Il a été mis en examen le 14 avril pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre".

Personnage controversé

Selon les sources proches du dossier, il s'agit de Jean-Rémy H. Il est décrit dans des mails internes comme un personnage controversé, à la tête de l'équipe du centre préparant les corps pour la recherche médicale au moins jusqu'à début 2018. Son avocat, Me Charles Consigny, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Un premier préparateur, Maurice A., ayant travaillé au centre jusqu'au début des années 2010 et chez qui avaient été retrouvés des ossements humains mais aussi des bijoux, avait été mis en examen en décembre.

Locaux vétustes, dépouilles putréfiées et rongées par les souris, soupçon de marchandisation des corps... Dans un article publié fin novembre 2019, L'Express avait dénoncé les "conditions indécentes" de conservation de dépouilles de "milliers de personnes ayant fait don de leur corps à la science".

Graves manquements éthiques

Ces révélations avaient conduit la ministre de la Recherche Frédérique Vidal à ordonner la fermeture du "temple de l'anatomie française", fondé en 1953 et qui accueillait chaque année plusieurs centaines de corps.

En juin 2020, une enquête administrative avait estimé que l'Université Paris-Descartes était responsable de "graves manquements éthiques" dans la gestion du CDC.

Le rapport évoquait notamment une "perte de repères (...) tant chez les préparateurs que chez les intervenants" sur les corps et s'interrogeait sur une "volonté de nuire ou de porter atteinte aux cadavres" de "certains préparateurs".

"Chasse gardée"

Selon les échanges internes, des responsables de l'équipe de préparateurs, et notamment Jean-Rémy H., auraient entretenu une "chasse gardée" quant à la gestion des têtes des cadavres à disposition du CDC.

L'Université de Paris, nouvelle entité issue de la fusion en janvier 2020 de Paris-Descartes et Paris-Diderot, a été mise en examen le 15 avril. Début 2021, une source judiciaire qu'au moins 170 plaignants s'étaient manifestés.

Dans un article à paraître jeudi, Paris Match révèle l'existence de 13 diapositives qui attesteraient de l'existence du charnier dès 1988, alors que l'enquête porte pour l'instant sur des faits datant des années 2010.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles