Centrales nucléaires : des départs de feu dans les moteurs de secours installés après Fukushima

L'Oeil du 20 heures
·1 min de lecture

Le tsunami de 15 mètres qui a submergé la centrale nucléaire de Fukushima a coupé totalement l'alimentation électrique des réacteurs. Résultat : les pompes censées acheminer l'eau dans les coeurs des 6 réacteurs n’ont plus fonctionné. Les coeurs n'ont plus été refroidis, ils sont alors entrés en fusion, provoquant des explosions et relachant des déchets radioactifs dans la nature.

Pour éviter que cela n’arrive en France, EDF a dû notamment installer de nouveaux groupes électrogènes géants, des Diesels d'Ultime Secours. Ce nouveau dispositif a été prescrit par l’Autorité de sûreté nucléaire en 2012. Ces moteurs sont l’ultime protection en cas de panne électrique. Nous avons pu aller les voir à l'intérieur de la centrale nucléaire de Paluel, en Seine-Maritime, guidés par Jean-Marie Boursier, le directeur de la centrale.

Chaque réacteur est doté d'un moteur de ce type. "C’est un moteur type moteur de bateau qui délivre une puissance de 3,5 MW qui va alimenter nos systèmes électriques pour nos systèmes de sauvegardes, explique le directeur de la centrale. Et donc la particularité de ce diesel c’est surtout le bâtiment, qui est construit sur des plots parasismiques et qui résiste à tout type d’agression qu’on a pu imaginer."

7 départs de feu dans ces moteurs

Aujourd’hui, les 56 réacteurs nucléaires en fonctionnement de France sont pourvus de ces nouveaux diesels de secours. Ils sont neufs, mais pourtant, EDF a recensé des avaries sur 7 des 20 générateurs fournis par le même (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi