Centrale nucléaire de Civaux : la fuite a été résorbée

Les deux réacteurs de la centrale de la Vienne sont les plus récents et les plus puissants du parc français à l'heure actuelle, avec une puissance de 1,45 GW chacun (photo d'archives).  - Credit:GUILLAUME SOUVANT / AFP
Les deux réacteurs de la centrale de la Vienne sont les plus récents et les plus puissants du parc français à l'heure actuelle, avec une puissance de 1,45 GW chacun (photo d'archives). - Credit:GUILLAUME SOUVANT / AFP

La centrale nucléaire de Civaux (Vienne) va-t-elle pouvoir bientôt redémarrer ? S'il est encore trop tôt pour se prononcer, selon EDF, la compagnie a annoncé la fin de la fuite survenue lors d'un test hydraulique sur la centrale, actuellement à l'arrêt pour maintenance. Cette fuite, présentée comme étant sans gravité, s'était déclarée le 2 novembre, lors d'une « épreuve hydraulique » destinée à vérifier l'étanchéité du circuit primaire principal du réacteur, dans le cadre d'un contrôle réglementaire décennal. Un dispositif spécifique à ce test n'a pas résisté à l'augmentation de la pression et sa rupture, première du genre selon EDF, a provoqué l'inondation d'un local.

Mardi, un dirigeant du groupe avait fait état d'un volume de 80 mètres cubes d'eau, « faiblement radioactive » en l'absence de combustible dans la cuve du réacteur. Cette eau « a été intégralement collectée dans les dispositifs conçus à cet effet et stockée avant traitement dans un réservoir », assure EDF en ajoutant que « l'événement n'a eu aucune incidence sur l'environnement ou sur la sûreté des installations » et n'a blessé ni contaminé personne.

Incertitude sur le redémarrage

L'arrêt de la fuite a cependant nécessité l'intervention d'un robot pour retirer du local inondé une gaine éjectée lors de l'incident, qui « empêchait, de par sa radioactivité importante, l'accès à la vanne de fermeture d'eau située à proximité », selon le porte-parole. « Une analyse est en cours pour déterminer préci [...] Lire la suite