Centrafrique: les voix s’élèvent pour alerter sur le «cycle de violence»

·1 min de lecture

En Centrafrique, les craintes se multiplient alors que les violences ont reprises de manière importante depuis trois semaines environ. Des combats sont engagés dans plusieurs zones du pays ce qui a un impact important sur l’accès humanitaire.

Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

MSF dénonce dans un communiqué le meurtre de l’un de ses employés lors d’une attaque perpétrée le 28 décembre. À Grimari, un camion de transport public est pris à partie, une vingtaine de civils sont blessés, l’employé de MSF décède des suites de ses blessures. L’organisation souligne qu’une fois de plus la population est « prise au piège », « victime de ce cycle de violence sans fin ». Médecins sans frontière assure dans ce contexte difficile poursuivre sa mission.

L’ambassade américaine s’est dite elle aussi « gravement préoccupée par les niveaux croissants de violence, d’insécurité et de criminalité ». Elle appelle au respect des acteurs humanitaires et à leur accès sur le terrain afin d’assurer leur mission.

Un peu plus tôt dans la semaine, c’est le CICR qui lançait une alerte après qu’une de ses bases a fait l’objet d’attaques. Les États-Unis appellent au respect du « travail vital » des humanitaires. Les organisations internationales estiment que plus de la moitié de la population à un besoin urgent d’assistance humanitaire.