Centrafrique: tensions au Nord-Ouest du pays à l’approche des élections

·2 min de lecture

Le climat sécuritaire se tend en Centrafrique à neuf jours des élections du 27 décembre. Des descentes d’hommes en armes et des tirs ont été signalés dans plusieurs villes du Nord-Ouest du pays depuis ce matin. Une situation qui préoccupe à Bangui où la sécurité a été renforcée.

De notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

C’est très tôt ce matin, que la situation s’est dégradée dans plusieurs localités du Nord-Ouest. À Bozoum, des témoins rapportent avoir vu arriver des dizaines d’hommes en armes à bord de motos et véhicules 4x4, puis rester quelques heures en ville avant de poursuivre leur route vers Yaloke où des tirs ont été signalés. Ainsi qu’à Bossembele où des témoins parlent de « crépitements d’armes lourdes » en ville.

En fin de journée, ils se faisaient plus lointains. L’identité de ces hommes armés est incertaine. Le curé de Bossembele parle d’un « rassemblement hétéroclite » d’hommes parlant pour certains le français, d’autres le sango et d’autres l’arabe. Il explique aussi qu’ils sont venus dans sa paroisse pour essayer de s’y installer et demander du ravitaillement avant de renoncer à la vue d’hélicoptère de la Minusca survolant la zone.

Pas de communication des autorités

Ce soir, plusieurs témoins assurent qu’une partie de ces hommes en armes est toujours en ville, visible, tandis qu’un second groupe a repris la route de Boali plus au sud. Selon nos informations, ils ne s’en prennent pas à la population. Les autorités centrafricaines n’ont fait aucune communication sur la situation.

Des actions diplomatiques régionales et internationales sont en cours pour tenter d’apaiser la situation tandis qu’à Bangui, la capitale, la sécurité a été renforcée en plusieurs points stratégiques de la ville.