Centrafrique: le quotidien précaire des nouveaux déplacés

·2 min de lecture

En Centrafrique, ils sont 240 000 à avoir quitté leur foyer depuis le début de la crise, mi-décembre. Certains rejoignent les pays voisins, d’autres trouvent refuge à quelques kilomètres de chez eux.

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

Il y a près de trois semaines, après une incursion rebelle dans leurs villages et les combats qui s’en sont suivis, 2 500 personnes se sont installées à l’école Houphouët-Boigny de Liton, à 22km de Bangui, sur la route de Damara. Ils n’ont reçu, depuis, que très peu d’assistance humanitaire.

« On dort sous l’arbre sans moustiquaire »

Sous un manguier au milieu de la cour de l’école, des dizaines de familles ont entassé les quelques affaires, vêtements, casseroles et nattes qu’elles ont pu emporter. Clarisse est mère de deux jeunes enfants: « La nuit, on déplie les nattes à même le sol et on dort sous l’arbre sans moustiquaire. Dans mon village, je faisais du petit commerce pour m’occuper de mes enfants mais ici, on est venu sans rien et on n’a dépensé le peu d’argent qu’on avait ».

Le fils qu’elle tient dans les bras souffre de paludisme. Ils sont nombreux dans ce cas ici. Hervé Bassangou, déplacé lui aussi, coordonne le site: « On a un problème d’eau, des problèmes pour trouver des médicaments pour les petits enfants et pour le manger. Le HCR a fait un peu de dons pour quelques jours. C’est insuffisant ».

Marie Colette nous montre un sac de riz donné par le HCR. Pour tenir, elle ne mange plus qu’une fois par jour mais le sac est pratiquement vide: « Ce sac de riz, c’est tout ce que l’on a et si on mange ce soir, il n’y en aura plus ».

Les stocks se réduisent

Tom Peyre Costa est porte-parole pour le NRC, une ONG venue évaluer les besoins ce jour-là: « Le problème actuellement, c’est qu’avec la route principale vers le Cameroun qui est bloquée, les stocks alimentaires et humanitaires se réduisent de jour en jour et on ne va pas pouvoir continuer comme ça très longtemps ».

Lundi dernier, un convoi de 14 camions humanitaires a pu rejoindre Bangui. Il s’agit du premier convoi, depuis presque deux mois.

À lire aussi: Centrafrique: les nuits tourmentées des déplacés de Bouar